RECHERCHER SUR LE SITE

L'hiver sera rude

18/11/2013

Vingt-cinq en juillet, vingt en octobre, quinze en novembre et Noël en décembre, l'hiver s'annonce particulièrement rude si l'on en croit la chute de la cote de popularité de Normal Premier. Semaine après semaine, les baromètres sont formels, nous allons vers froid et couvert, et si la dégringolade perdure, il faudra se munir de moufles et d'un bonnet (évitez quand même le rouge !) pour lire le taux de bonnes opinions de notre Président et de son gouvernement. En dix-huit mois, François a fait mieux que François après dix années à l'Elysée (une cote à 22 % en 1991). On se demande qui pourra-t-il encore rencontrer en janvier si jamais il se retrouvait en dessous de 10 % ? Quelques ours polaires et autres phoques et morses... ces derniers restant encore imbattables pour lancer un S.O.S : au secours, la glace craque !

Mais pas de panique, pour détourner le peuple de ces mauvais bulletins météorologiques présidentiels, Harlem Désir a une idée, eh oui, ça lui arrive : le PS annonce un grand happening le 27 novembre à la Mutualité de Paris "contre les extrémismes", avec sur scène les champions du moment, Peillon, Taubira et Valls, celui qui renvoie les Roms chez feu Ceausescu. La ficelle est grosse mais c'est mieux pour emballer, ils vont nous refaire le coup des chemises brunes envahissant nos provinces tel Attila à la tete de ses hordes de Huns soumettant les Germains, ouvrant la porte aux invasions barbares... Bref, la République est en danger et il faut arrêter d'urgence ce Front National qui leur a si bien servi dans le passé.

Parce qu'à bien y regarder, c'est quand même un certain Mitterrand qui a ressuscité le vieux lion borgne qui dormait depuis la fin du Poujadisme, c'est encore lui qui a permis à l'extrême droite de faire un retour fracassant à l'Assemblée en 1986 (quand même 35 députés en une fois !), comme c'est le FN qui aida la gauche à gagner les législatives de 1997 par le biais "miraculeux" de nombreuses triangulaires. Le problème, et on l'a vu récemment, c'est qu'à force de jouer au petit chimiste électoral, les socialistes font désormais troisième à chaque scrutin. D'où l'urgence de sortir la lampe à souder pour tenter de recoller une majorité brisée sur l'évidence de trop de mensonges portés durant la campagne de 2012. Oui, l'hiver sera rude...

Partager cette brève facebook : |
brève précédente : Epitomé de deux décenniesbrève suivante : Un standard de pauvreté
En ligne
2 visiteur(s) 0 membre(s)