RECHERCHER SUR LE SITE

Peugeot 508

06/01/2012
Une Peugeot 508 digne des meilleures maisons d’Outre-Rhin

 

La première berline de luxe allemande de l’année est… française. Ne soyons pas avares de compliments, le sentiment général de la presse spécialisée à l’issue de la présentation de la nouvelle Peugeot 508 dans la région d’Alicante il y a quelques jours reflétait bien cette phrase d’accroche : la berline du Lion n’a rien à envier à ce qui se fait de mieux dans le segment, de mieux c'est-à-dire généralement de l’autre côté du Rhin. 

 

Objectif conquête

C’est avec optimisme que l’on ouvre une nouvelle année chez Peugeot  avec des résultats plus que satisfaisants pour l’exercice 2010 : + 3,2% de progression sur le marché national avec 472.904 véhicules immatriculés, et surtout des ventes mondiales en grande forme avec + 13% et 3,6 millions d’unités. 

Le premier marché automobile au monde est désormais la Chine, impossible donc d’être absent de ce marché lorsqu’on commercialise une nouvelle berline. Alors l’offensive internationale passera par Wuhan en Chine où le Français produira la 508 pour ce marché national, une 508 qui entre parfaitement dans le moule de la demande locale de grandes routières.

Mais c’est bien sûr en France que 508 sera produite, tant en berline qu’en version SW (ou break) pour l’ensemble des marchés (hors Chine).

« Une offensive moderne, tournée vers l’avenir, située au cœur des aspirations d’une clientèle qui a beaucoup évolué », c’est ce que la marque veut proposer avec sa nouvelle berline destinée, on le sait, à remplacer à la fois la 407 et la 607, la dernière berline haut de gamme qui fut lancée en 2000. On peut même affirmer directement que 508 ouvre une nouvelle offre genre « deux en une », une sorte de mixte entre une berline classique de gamme moyenne et le navire amiral de la marque, un mixte pour le meilleur du meilleur. 

 

 

508 berline et break dans le détail

Du classique équilibré, harmonieux, sérieux, du classique fait pour durer avec des volumes parfaitement épurés et fluides. 

D’emblée on réalise que 508 est plus massive que 407 et plus élégante que 607. Mais entre nous, impossible de faire moins eu égard au positionnement et aux ambitions de la berline aujourd’hui face à la concurrence, notamment dans le haut de gamme, des crossovers et autres SUV et vrais 4X4. Le luxe n’est donc plus un luxe dans ce segment mais une nécessité vitale, et les critères incontournables sont définis ainsi : une ligne fluide, une offre moteur conséquente, des équipements exhaustifs et high-tec, une alternative immédiate entre la berline et un break, sans oublier le cinquième élément, des tarifs qui ne vous fassent pas regretter de ne pas avoir succombé à la mode du « low cost ». Et là, finalement, c’est un coup de maître que designers et ingénieurs ont réussi, cette 508 arrive à remplir toutes les cases de la feuille de route, nous l’allons voir…

 

 

Une ligne fluide, taillée dans la masse… On l’a dit, les volumes équilibrés et épurés sont le fait d’une ligne qui s’étend sans jamais casser (pas même une légère brisure !) du capot moteur au coffre, une ligne ou un trait que rien ne vient compromettre comme si l’auto avait été taillée dans la masse. Le rendu est une impression de puissance.

A l’arrière, fluidité toujours avec un coffre qui affleure le pare-chocs, souligné d’un jonc de chrome pour une plus-value esthétique. 

Une offre moteur conséquante… Et on ne sera pas déçu, les puissances vont de 112 à 204 chevaux avec uniquement des blocs 4 cylindres.

En HDi, la gamme 508 propose 112, 140, 163 et enfin 204 chevaux pour la version 2.2 HDi associée à une boîte automatique à 6 rapports, le tout sous le label GT.

Pour les versions essence, la gamme propose le 1.6 VTi de 120 chevaux, et le 1.6 THP de 156 chevaux, disponible avec une boîte manuelle ou une boîte automatique à 6 rapports.

On peut également annoncer que dès l’an prochain, une version HYbrid 4 enrichira le programme 508, une auto qui sera équipée d’un moteur thermique diesel à l’avant, et d’un moteur électrique à l’arrière, le tout offrant une puissance d’environ 200 chevaux, plus quatre roues motrices et des émissions de CO² ramenées à 99 g/km.

Des équipements exhaustifs…  L’imposante planche de bord, moderne et séduisante, reliée à une large console centrale bien dans l’idée de la berline germanique et dans l’esprit cockpit déjà testé chez 3008, nous suggère de prendre goût aux longs voyages au volant : on est vraiment bien dans cette 508. 

De plus, la technologie la plus en pointe s’est invitée à bord : commandes du système télématique avec molette qui permet d’accéder aux menus du système multimédia située entre les sièges avant, navigation 3D avec écran couleur, volant issu de RCZ, affichage tête haute en couleur avec rappel de la consigne de navigation, feux de route adaptatifs, frein de stationnement électrique, démarrage main libre, sans oublier une offre hi-fi JBL et la climatisation quadri-zone.

Berline et break tout de suite…  Quand on sort une nouvelle berline, la version break ou SW sort immédiatement dans la foulée, si ce n’est pas en même temps. Et c’est le cas pour 508 avec ses deux silhouettes complémentaires, une berline de 4,79 mètres, et une SW de 4,81 mètres.

Ce qui nous amène à parler volume et rangements au sens général avec un coffre de 515 dm3 pour la berline et de 560 dm3 pour la SW, sachant que ces deux versions peuvent proposer, respectivement, jusqu’à 1.381 dm3 et 1.598 dm3 en rabattant les dossiers.

Et si on parlait des tarifs ?...  C’est le cinquième élément que nous allons traiter, et peut-être, entre nous, le plus important puisqu’il décidera du succès de l’affaire. Pour faire simple, on ira de 22.900 € (1.6 VTi) à 37.850 € (2.2 HDi GT 204 ch) pour la berline, et de 23.950 à 39.200 € pour la version SW.

 

Le bon numéro

En 508, Clovis mit la main sur le trésor des Wisigoths. Aurions-nous mis la main sur le nouveau trésor du Lion avec cette 508 qui nous a bluffés lors de ces essais dans le Sud de l’Espagne ? Bien sûr, on connaît les aptitudes d’une Peugeot sur la route, l’auto passe toujours sans broncher, même dans des conditions de tests que le conducteur lambda n’aura jamais la possibilité de pratiquer. Donc l’adhérence est totale, mais l’intendance suit : qualité de fabrication – jusqu’au bruit sourd des portières qui se ferment ! -, design intérieur sans faute de goût, équipements exhaustifs on l’a vu, ligne rassurante, motorisations efficaces… Peugeot a bien fait les choses, cette 508 a des atouts de maître pour réconcilier les Français avec la berline, tout en prospérant sur le marché du break avec une version SW digne, là encore, des meilleures maisons d’Outre-Rhin.

 

 

 

 

L'essai en vidéo

Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
7 visiteur(s) 0 membre(s)