RECHERCHER SUR LE SITE

A consommer avant le 4 mars

02/03/2012

 

Les oubliés du débat

François Asselineau, président de l’Union Populaire Républicaine (UPR), parti qu’il a créé en 2007, est lui aussi dans la course à l’Elysée et aux 500 signatures. On parle très peu de lui, encore moins que Cheminade -, pourtant il a un programme : sortir au plus vite de l’Union Européenne et de l’euro, sortir de l’OTAN, contrôle des flux de capitaux, de marchandises et des personnes, relance puissante des services publics et lancement immédiat d’un vaste programme de construction de logements sociaux. On retrouve de tout, la France de 1952, les programmes de Mélenchon et Marine Le Pen, un peu du de Gaulle… lui se dit à la tête d’un mouvement de libération nationale au-delà des clivages droite/gauche/centre. Mais apparemment, il n’est pas seul sur ce segment. Mais si jamais ça marche il est prêt, il le dit : « Avant 8 mois, les nouveaux billets et pièces en francs seront mis en circulation au taux de rétroconversion de 1 franc pour 1 euro. » L’euro à 6,55 francs, on est prié d’oublier !

Il a même déjà choisi les illustrations des futures coupures : Jean Jaurès sur le billet de 20 francs, de Gaulle sur celui de 100 francs, le Réseau Manouchian à 50 francs, Rouget de Lisle et un Sans culotte à 10 balles.

 

Double personnalité

Il faudrait savoir. Quand Mme Belkacem compare Nicolas Sarkozy à un mélange entre Berlusconi et Poutine, Olivier Besancenot voit lui un cocktail de Margaret Thatcher et de Marine Le Pen. A quand un Dr. Jekyll et Mister Hyde tueur de pauvres gens ?

 

Pâte à tarte

Alors, François Hollande amène la farine, Nicolas Sarkozy les œufs… chic, on va faire des crêpes !

 

On se lâche…

De Dominique de Villepin qui s’encanaille : « Hollande et Sarkozy prennent les Français pour des couillons. »

De Jean-Luc Mélenchon à propos de la « déculottée » promise par Jean-Marie Le Pen : « Je suis déjà un sans-culotte ! » Celle-là, elle est bonne.

De Nicolas Sarkozy sur France Inter le 1er mars : « La position de François Hollande a changé trois fois en trois jours »… ajoutant, « il monte sur une camionnette entouré de drapeaux de la CGT. » Entre nous, pas facile de changer de position trois fois sur le toit d’une camionnette !

 

Le million tout rond comme un ballon

Il parait que la taxe de 75% sur les salaires au-delà du million toucherait une centaine de footballeurs de la Ligue 1. Et comme le salaire des professionnels est souvent (toujours) net d’impôts, ce sont les clubs qui devront payer. En clair, un joueur qui touche 2 millions d’euros par an coûte 4 millions à son club. Avec la nouvelle taxe il coûterait environ 8 millions d’euros. Grande inquiétude chez les dirigeants. On risque de fermer la Ligue 1 pour délocalisation de l’outil de travail : les pieds à plusieurs millions ! D’autres sportifs et artistes seront forcément touchés, sauf bien sûr ceux qui ont déjà plié les gaules pour s’en aller se faire imposer ailleurs et en douceur… Et on en connaît, à droite comme à gauche.

 

Jambon de Bayonne

A Bayonne, lors de la venue du candidat Sarkozy, on a vu, côte à côte, les militants indépendantistes basques et les militants dépendants du PS. Pourtant, il n’y a rien sur une République Autonome de Bayonne dans le programme de François Hollande ?

Vous imaginez la même chose, mais avec des militants UMP et ces mêmes indépendantistes conspuant à coups d’œufs pourris le candidat Hollande ? Mais c’est Jaurès qu’on aurait tenté d’assassiner une nouvelle fois !

En réponse aux attaques de Nicolas Sarkozy contre l’attitude du PS dans cette affaire, François Hollande a voulu prendre un peu de hauteur en rappelant qu’« exprimer son mécontentement c’est utiliser le bulletin de vote. »

 

Et Chevènement ?

Il a quasiment disparu du débat, plus personne ne s’occupe de lui depuis qu’il a retiré sa candidature le 1er février dernier. On peut rappeler ce qu’il écrivait dans son livre « La France est-elle finie ? » (Fayard, 2011) « Pour réussir en 2012, la gauche doit hausser la mire. Le PS gagnerait à critiquer le Président de la République sur son projet plutôt que sur son style. »

Pour l’instant, la mire est braquée sur le Fouquet’s.

Quant à Chevènement, il l’a dit : « J’indiquerai bien sûr, le moment venu, le candidat à l’élection présidentielle auquel, les yeux ouverts, j’apporterai mon soutien. » 

Pour la « mire », c’est mieux les yeux ouverts. Au moins un !

 

HADOPI

La loi chargée de protéger les créateurs face au piratage sur internet revient dans la campagne. Déjà, en octobre 2010, le PS promettait d’abroger la loi par la voix du député Christian Paul.  Au Bourget, François Hollande a réaffirmé sa critique : « Quant à la loi Hadopi, inapplicable, elle sera remplacée par une grande loi qui défendra les droits des créateurs et un accès aux œuvres sur internet. » En clair, Hadopi.

Quelques jours après Le Bourget, voici ce qu’on peut lire que le site de François Hollande : « la gauche a des valeurs, la vérité et la justice. Elle veille à ce que la loi fixe les règles qui corrigent les inégalités et protègent ceux qu’un libéralisme excessif laisse démunis face aux plus forts. » Ajoutant, « C’est à ces principes qu’il faut se référer pour aborder la question de la loi Hadopi. » 

« Abroger » est devenu « aborder », le tout avec deux doigts d’inégalités et de libéralisme excessif qui n’ont rien affaire ici.

 

Les rendez-vous

Jean-Luc Mélenchon le 4 mars sur i-télé-Europe1 à 10h17, et le 5 mars à « Parole de candidat » sur TF1 à 22h20

François Hollande le 4 mars au 12/13 de France 3

François Bayrou le 4 mars sur BFM-TV à 18h00, et à Capital sur M6 à 20h50

Marine Le Pen le 4 mars à 15h30 en meeting au palais de l’Europe à Marseille, et le 4 mars encore au Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI à 18h30

Nicolas Sarkozy le 4 mars en meeting à 17h00 à Bordeaux

Dominique de Villepin le 4 mars au Soir3 de France3

Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
1 visiteur(s) 0 membre(s)