RECHERCHER SUR LE SITE

Les allemands en armada…

09/03/2012
Quand le Groupe Volkswagen annonce des profits à deux chiffres et en milliards, et que les constructeurs nationaux affichent tous des ventes à la hausse sur l’ensemble de l’Europe (avec en bonus un marché allemand à +8,8% en 2011), on se dit qu’il va y avoir des surprises « made in Germany » sur la route dans les mois à venir. Forcément, en voici quelques unes…

 

Volkswagen, le généraliste spécialisé !

 

 

En 2011, le Groupe Volkswagen a immatriculé 3,1 millions de voitures en Europe, dont 1,6 million pour la seule marque VW, ce qui la place en tête des ventes devant Renault et Ford, emportant au passage le titre de la voiture la plus vendue en Europe avec la Golf.  Ce sont bien sûr les nombreuses nouveautés de l’année 2011 qui portent les ventes, entre autres Tiguan, Eos, Golf Cabriolet, Nouvelle Coccinelle, Amarok, et 2012 est partie à fond de turbo avec déjà en rayon la toute nouvelle UP ! citadine tendance de 3,54 mètres proposée en double motorisation essence de 60 et 75 chevaux et plutôt bien équipée pour une petite (freinage d’urgence en ville, navigation avec interface), et des tarifs qui débutent à 7.990 € (bonus déduits).

Et la machine tourne à plein régime, voici la Nouvelle CC ou 2ème mouture de la Passat CC, une auto bourrée de modifications par rapport à celle qui fut lancée en 2008, alors premier coupé 4 portes du segment : nouvelles faces avant et arrière, montée en gamme des équipements avec par exemple le système de détecteur de fatigue, l’assistance à la conduite, le park assist, et sous le capot les classiques TDI 140 et 170 chevaux, sans oublier les blocs essence de 160, 210 et 300 chevaux. Dommage que l’intérieur soit encore trop proche de celui de la Passat. 

Cette Nouvelle CC est commercialisée depuis février.

On parle de la Passat, ça tombe bien voici la version « Alltrack » dérivée de la SW, c’est donc un break offroad avec habillage de circonstance côté pare-chocs, bas de caisse, passages de roues, et une transmission intégrale 4Motion pour barouder. Cette Passat Alltrack est bien sûr disponible avec une boîte DSG.

Surprise à Genève, Volkswagen nous a présenté une première, une Golf GTi Cabriolet équipée d’un 4 cylindres turbo développant 210 chevaux.

Côté concept, Volkswagen signe un nouveau style de SUV avec le Cross Coupé. Que dire ? C’est splendide, une sorte de Touareg plus ramassé en 4,34 mètres, et à n’en pas douter un futur carton dans le monde entier. C’est comme ça quand on fait des autos que les gens ont envie de posséder !

Enfin, soulignons qu’il faudra attendre le Mondial de Paris pour voir la Golf 7.

 

 

A, B, C… c’est Mercedes

 

 

A la fin de l’année 2011, l’Etoile de Stuttgart a commercialisé, en même temps que sa nouvelle Classe M, l’une de ses vedettes du catalogue totalement renouvelée, il s’agissait de la Classe B qui représente 22% des ventes de la marque. Une classe B au design plus expressif qui profite d’un aménagement intérieur plus convivial et annonce des consommations en forte baisse (tarif à partir de 25.900 €).

Mais l’actualité Mercedes de ce printemps, c’est la présentation d’une autre star du catalogue, la Classe A, qui elle aussi représente plus de 20% des ventes de la marque. On oublie le petit monospace dans lequel on conduisait tout contre le volant, place à la fluidité, au capot long, aux portes effilées, certains diront qu’il y a de la Série 1 de BMW dans cette A, mais aussi du CLS ! Cette Classe A, qui sera commercialisée en septembre, bénéficiera des motorisations de la B.

Grand écart à suivre car nous voici désormais à bord du sommet de gamme, le SL, un SL allégé grâce à l’aluminium (-120 kilos), toujours mieux équipé (vision de nuit, toit panoramique « Magic Sky Control » à opacité variable…), et toujours plus performant avec le V6 de 306 chevaux (SL350) et le V8 de 435 chevaux (SL500). Tarifs, à partir de 99.900 € quand même ! 

Pour les puristes, on peut prévoir une version SL63AMG avec un gros V8 biturbo de 530 chevaux, une F1 civilisée qui passe de 0 à 100 km/h en 4,2 secondes (on annonce aussi 30% de baisse des consommations… mais on part de haut !).

 

 

Audi sans complexes

 

 

Même pas peur ! La marque navigue d’une petite A1 à une RS4 Avant de 450 chevaux en passant par un Q5 hybride sans sourciller. Et qui s’en plaindrait quand on voit les résultats de la marque aux quatre anneaux ? 

L’automne nous a permis de découvrir le troisième larron de la famille « Q », le Q3 en l’occurrence, et nous avons débuté l’année nouvelle à bord de la version 5 portes de la citadine de luxe, l’A1 Sportback, une A1 affichant les mêmes dimensions que la 3 portes, maniable, richement dotée, assemblée au micron près comme d’habitude (tarifs à partir de 22.950 €).

Mais la grande vedette du stand Audi à Genève fut cette nouvelle A3 présentée en première mondiale, une A3 qui fait partie des très grosses ventes de la marque. Donc on ne fait pas n’importe quoi, histoire de ne pas dérouter le client fidèle. 

On nous parle d’une auto plus légère avec des consommations en baisse, une auto qui montre au public la nouvelle signature Audi, et qui sera disponible à la vente cet été.

A6 Allroad, c’est du sérieux, une 3ème génération d’une auto lancée en 2000, c’est le break baroudeur des Anneaux, une marque de fabrique de 4,94 mètres qui sert de passerelle avec les Q5 et Q7, et une offre moteur exhaustive au rayon 6 cylindres : 204, 245 et 313 chevaux en TDI, et 310 chevaux en TFSI. On ne parlera pas des équipements, cherchez en un… il y est ! En prime, un coffre de 565 litres !

Autre break de la marque, mais un break de course, un break de 450 chevaux avec une carrosserie qui caresse le bitume : RS4 Avant, pour les connaisseurs.

On peut faire dans la puissance et travailler pour améliorer la propreté des autos… Chez Audi, on sort l’arme du futur, Q5 Hybrid, le mariage entre un moteur thermique de 211 chevaux et un moteur électrique de 54 chevaux, une solution alternative pour qui veut avoir une image « propre » au volant (environ 55.000 €).

 

 

Du « 6 » chez BMW

 

 

X6, M6, Série 6… le 6 est le numéro du printemps chez BMW… avec le « 3 ».

On le sait, les véhicules très haut de gamme se vendent de mieux en mieux sur la planète, notamment sur les marchés dits émergents. Le X6 fait partie de ces succès, plus de 150.000 clients l’ont choisi en trois ans. A mi-vie, le voici avec une légère retouche stylistique visible au niveau de la calandre, des feux de brouillard et des feux arrière. On ne change pas une ligne qui plait, c’est ainsi. Le X6 profite des dernières technologies de la marque, on y voit un Twin Power Turbo terriblement efficace. Quatre définitions, xDrive 30d et 40d de 245 et 306 chevaux, et xDrive35i et 50i de 306 et 407 chevaux.

Voici la Série 6 Gran Coupé ou coupé 4 portes, une nouveauté dans la gamme après l’arrivée l’an passé de la version GT de la Série 5. Certes il s’agit d’un « coupé », mais qui s’allonge sur 5 mètres. On s’en doute, confort et équipements sont du voyage, tout comme les blocs performants de 313 à 450 chevaux.

Coupé et cabriolet sous la houlette M6, là encore on risque de décoller en bout de ligne droite grâce à l’efficient V8 4,4 litres biturbo de 560 chevaux au couple monstrueux de 680 Nm. 

La Série 3 a débuté sa carrière en 1975, et la sixième génération aura pour mission de fêter les 40 ans de celle qui reste encore la voiture premium la plus vendue au monde. Gageons qu’il y aura dans les mois à venir quelques extensions de cette 3 dans le réseau, comme avec le break Touring par exemple.

 

 

C’est Opel qui sert le « MOKKA »

4,28 mètres de long, 5 places, une fonctionnalité dite haut de gamme, c’est le nouveau SUV compact signé Opel et baptisé « Mokka », un SUV qui est tout à fait dans la tendance actuelle, à la fois fluide et musclé, rassurant, familial, il sera évidemment proposé en traction avant ou traction intégrale (AWD), et équipé des meilleurs systèmes du moment, démarrage en côte, retenue en descente HDC… et sous le capot Opel prévoit le CDTI 1.7 litre de 130 chevaux et les blocs essence de 115 et 140 chevaux.  Ce Mokka était à Genève en première mondiale.

La plus rapide de la galaxie Astra s’appelle l’Astra OPC. Rapide car elle est équipée d’un 2 litres de 280 chevaux capable d’emmener l’auto à 250 km/h (en fait, on se demande où ?). Bien sûr, le look suit, châssis flexible avec mode sport et OPC, train avant à « jambes hautes » pour faire passer plus facilement la puissance sur la route, sièges baquet, jupes… la totale.

 

 

Porsche et Mini

Première mondiale pour le nouveau Boxster signé Porsche, un cabriolet encore plus léger (consommation en baisse de 15%) et qui dispose d’un châssis retravaillé pour une efficacité accrue. Le moteur est toujours central, et le poste de pilotage est devenu un must de design.

Première européenne pour la 911 Cabriolet et la Panamera GTS, la 4 portes des circuits : 288 km/h en pointe. A noter que Porsche présentera son nouveau Cayman à la rentrée.

De la performance également mais en plus petit avec la Mini Cooper S Roadster, un nouveau développement de la petite du groupe BMW après la berline, la Clubman, la CountryMan et le cabriolet. Cette Mini embarque le 1.6 litre qui développe 184 chevaux. La capote est manuelle et le coffre offre 240 litres.

La CountryMan possède elle aussi sa déclinaison sportive avec cette JCW ou John Cooper Works de 218 chevaux : du travail bien fait !

 

 

 

Un trio de français pour débuter...

Les allemands en armada...

Les généralistes italiens...

Des européens en forme...

Direction le continent asiatique...

Encore quelques repères...

 

Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
6 visiteur(s) 0 membre(s)