RECHERCHER SUR LE SITE

Musique sacrée à la Chaise-Dieu, chez le pape Clément VI…

24/05/2012
L’aventure débuta ici, en ce lieu au bout du monde, très loin des grands axes routiers, un été de 1966 sous la houlette du docteur Mazoyer et de quelques amateurs de musique. Un seul concert pour ce qu’on appellera la première édition, un concert avec le pianiste Gyorgy Cziffra et le Concert Colonne. Et c’est un peu grâce à ce pianiste mondialement connu à l’époque, que le Festival trouvera la bonne direction, mais aussi et surtout grâce à Guy Ramona, infatigable directeur durant près de trente ans (de 1976 à 2003) de cette magnifique entreprise. Aujourd’hui, le Festival de la Chaise-Dieu est dirigé par Jean-Michel Mathé, et chaque année, des dizaines de bénévoles donnent beaucoup de leur temps pour la réussite de cette manifestation qui est la fierté d’un village et d’une région.

 

 

Le Festival s’est bâti une superbe renommée par son action en faveur de la musique sacrée, ce n’est pas le pape Clément VI, qui fut novice ici au tout début du 14ème siècle, et qui est enterré en cette commune de Haute-Loire, qui contredira les initiateurs de cet événement culturel remarquable.

Cette 46ème édition, qui se déroulera du 22 août au 2 septembre, débutera avec un Te Deum de Charpentier pour se terminer avec la Symphonie Pastorale de Beethoven. Entre ces deux concerts de prestige, voici une partie de la programmation qui a retenu notre attention…

 

Voyage à travers l’Europe

« Musiques pour le roi Soleil » le 22 août en soirée à l’Abbatiale avec l’ensemble Symphonie du Marais et des œuvres de Charpentier (Te Deum), Lully et Delalande (Te deum). 

Le 23 août, deux propositions (entre autres bien sûr), les cantates de Bach avec l’ensemble Pygmalion à 14h30 à l’Abbatiale, et même lieu, en soirée, l’ensemble Les Siècles invitera « L’Espagne à Paris » en compagnie de Lalo, Chabrier, Massenet, Ravel et Debussy (reprise de ce concert le 24 à 14h30).

L’Orchestra National de Lille dirigé par Jean-Claude Casadesus interprètera des compositeurs français le 24 août à l’Abbatiale, Debussy (« Pelléas et Mélisande », « Prélude à l’après-midi d’un faune », « nocturnes »), mais aussi Berlioz et Ravel.

Deux concerts pour un duo le 25 août (17h30 et 21h) au Puy-en-Velay avec les sœurs Katia et Marielle Labèque… pendant qu’à la Chaise-Dieu on entendra l’Oratorio de Haendel « Théodora » avec Das Neue Orchester.

Soirée britannique pour suivre le 26 à l’Abbatiale sous la responsabilité de Britten, Elgar (et son magnifique Concerto pour Violoncelle) et Holst. Sur scène, l’Orchestre du Festival de Gstaad.

La « Messe en si mineur » de Bach est toujours un événement, mais qui se fait trop rare. Voilà pourquoi le Festival vous proposera ce monument du répertoire du 18ème siècle en coup double, le 27 août en soirée, et le 28 à 14h30, deux concerts à l’Abbatiale animés par Il Gardellino et le Chœur de la Cappella Amsterdam.

Et en soirée (28 août), orgue et symphonie avec l’Orchestre National de Lorraine qui jouera Saint-Saëns (3ème symphonie avec orgue), Debussy et Poulenc.

Même formation le lendemain à 14h30 pour le « Stabat Mater » de Poulenc et la 3ème symphonie de Honegger.

Evénement à la Chaise-Dieu avec le concert du très médiatique Alexandre Tharaud  le 29 août à 17h : au programme, Debussy et la « Sonate 23 » de Beethoven… alors qu’en soirée, l’Abbatiale entamera la nuit côté passion et frissons avec l’oratorio de Mendelssohn « Elias » : Chœur et orchestre Otrente.

Piano encore en fin d’après-midi du 30 août (18h), et toujours les compositeurs français à l’honneur, Debussy (« La Mer ») et Ravel (« Concerto en sol pour la main gauche »), piano avec Philippe Cassard et l’Orchestre Philharmonique Royal des Flandres.

L’orchestre National de Lyon monte à la montagne (La Chaise-Dieu est quand même à plus de mille mètres d’altitude !) avec son chef Léonard Slatkin pour mettre en forme « Tableaux et danses russes à Paris », ce sera le 31 août à 21h à l’Abbatiale, alors qu’en ce même lieu, mais déjà en septembre (le 1er), c’est « Peer Gynt » de Grieg et le Requiem de Théodore Gouvy qui seront à l’honneur.
Et on ferme le 2 septembre avec cette grandiose « Symphonie Pastorale » de Beethoven, et le Concerto pour piano N°3 du même Ludwig. Soirée sous la houlette du chef Emmanuel Krivine (qui aurait presque pu croiser son ex-ONL !), et avec le pianiste Bertrand Chamayou.

 

 

Pratique

Le programme que nous vous communiquons ci-dessus n’est pas exhaustif, d’autres concerts sont à l’affiche de cette 46ème édition. Renseignez-vous auprès du Festival.

Prix des places de 15 à 80 €. Réservations sur internet www.chaise-dieu.com.

Office du Tourisme, 43160 La Chaise-Dieu (otcasadei@wanadoo.fr)

La Chaise-Dieu est à environ 30 minutes du Puy-en-Velay par la route.

Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
1 visiteur(s) 0 membre(s)