RECHERCHER SUR LE SITE

Les allemands en armada

12/03/2013
Audi, BMW, Mercedes, Volkswagen, Opel, Porsche… les constructeurs germaniques ont actuellement le vent en poupe, certains enregistrent des profits records, et ici à Genève, ils jouent parfois presque à domicile, notamment avec leurs véhicules classés très haut de gamme.

 

Volkswagen façon Golf

Il est vrai que la sortie d’une nouvelle Golf implique forcément une déclinaison du genre dans les mois qui suivent. La Golf 7 apparue en fin d’année est encore dans tous les esprits (et les showrooms ), et sur les affiches car elle vient d’être élue « Voiture de l’Année 2013 », voici donc venir la suite logique, d’abord sous la forme de la « Variant » qui chez nous s’appellera tout simplement Golf SW ou break.

C’est normalement par l’arrière qu’elle s’étire pour gagner 31 cm, mais on peut le dire, la ligne n’est rien d’original, pas vraiment dynamique non plus, en fait on préfère la rigueur pour décrire cette auto… en fait c’est quand même une Golf ! On notera un coffre immense de 605 litres (jusqu’à 1.620 litres banquette arrière rabattue), et des motorisations issue de la berline, de 85 à 150 chevaux, dont le BlueMotion 110 qui affiche 3,3 l/100 km et 87 g/km de CO².

Depuis trente huit ans, il s’est vendu presque trente millions de Golf, soit environ 2.000 unités chaque jour dans le monde. Nous n’en avons donc pas fini avec cette auto, et ça tombe bien car il nous faut maintenant parler de la Golf GTi à venir, toujours aussi agressive et dotée d’un 2 litres de 220 chevaux, de quoi passer de 0 à 100 km/h en 6,5 secondes : 6l/100 km en cycle mixte et 139 g/km. Cette GTi peut également recevoir le pack performance qui offre un bonus de 10 chevaux.

Rassurez-vous, il n’y a pas que la Golf dans la vie. Il y a aussi la Coccinelle, mythique auto de la marque dont la nouvelle version est apparue fin 2011, et qui a décidé d’enlever le haut pour se faire siffler par les filles. La Coccinelle Cabriolet arbore un toit repliable en moins de 10 secondes et se décline en trois versions, Coccinelle, Vintage et Sport.

Pour emballer du gros et du volumineux, Volkswagen a peut-être la solution. Il faudra juste attendre un peu car e-co-Motion n’est encore qu’un concept, mais à n’en pas douter avec sa bouille sympathique un brin vintage, ses 800 kilos de charge et 4,6 m3 de volume sur 4,55 mètres, cet utilitaire 100% électrique (100 à 150 km d’autonomie) risque de devenir la star de la livraison si la version définitive ressemble à ce que nous avons vu.

 

 

Audi, concepteur d’énergie

C’est le voisin d’en face du précédent, la firme d’Ingolstadt appartenant au Groupe Volkswagen, elle y sert même de pourvoyeur de marges bénéficiaires, car on le sait, Audi a la cote, Audi se vend dans le monde entier, mais Audi a encore des choses à nous prouver. Et si l’année 2012 fut placée sous le signe de l’arrivée de nouvelle A3, dont la version Sportback vient d’être commercialisée, la marque continue de travailler sur le chiffre « 3 » pour le meilleur de la technologie. 

De l’énergie en pépites, c’est ce qui nous attend avec les versions S3 en trois et cinq portes, des bolides embarquant un TFSi 4 cylindres délivrant 300 chevaux, de quoi franchir le 0 à 100 km/h en seulement 5 secondes (6,9 l/100 km en cycle mixte).

A3 Hybrid Sportback E-Tron à suivre, la vitesse et la protection de l’environnement avec un moteur essence de 150 chevaux et un moteur électrique de 104 chevaux, et des performances bloquées à 222 km/h (sur circuit bien sûr !).

Le chiffre « 3 » toujours mais avec une autre gamme puisque nous sommes maintenant à bord du Q3 RS (première déclinaison RS de la gamme Q), un SUV prêt à en découdre avec son 5 cylindres TFSi de 310 chevaux délivrant un couple de 420 Nm. Le Q3 RS est accouplé à la boîte S-Tronic 7 et est en version Quattro. On complètera l’équipement avec un châssis sport, des barres de toit et un becquet de pavillon (commercialisation automne 2013).

En France, Audi a battu son record d’immatriculations pour la quatrième année consécutive avec 62.036 unités. Donc il y a la place pour la nouvelle RS6, un peu révolutionnaire car abandonnant son V10 classique pour un nouveau V8 biturbo de 4 litres et développant quelque 560 chevaux : 0 à 100 km/h en 4 secondes, un potentiel de 305 km/h en pointe (mais l’auto est bridée à 250 km/h). A noter qu’avec le changement de moteur et le système de coupure de cylindres, cette RS6 annonce 40% de consommation en moins.

Et une dernière pour la route, trois fois rien vous l’allez voir, il s’agit de la RS7 Sportback, qui elle aussi a opté pour le V8 biturbo, sans oublier de monter des freins carbone/céramique, et de s’habiller d’un rouge d’enfer !

 

 

Gran Turismo chez BMW

Comment réinterpréter l’espace et la fonctionnalité tout en restant sur ses bases, à savoir celles d’un constructeur haut de gamme qui propose des berlines et des SUV performants et « efficients » ? Pas question de partir du côté d’un monospace. Voilà pourquoi l’idée de grand confort de voyage et de proportions distillées au micron près passera par cette appellation Gran Turismo » qui explique tout en deux mots. Et que l’on va utiliser avec la Série 3 Gran Turismo la bien nommée. Plus longue de 20 cm par rapport à une Série 3 Touring, la Gran Turismo dispose d’un coffre de 520 litres, d’un aileron arrière dit actif, et de motorisations issues de la technologie BMW TwinPower turbo, à savoir trois blocs essence et deux diesel pour des puissances échelonnées de 143 à 306 chevaux.

Une athlète pour suivre, une vraie sportive, c’est la M6 Gran Coupé (qui vient enrichir l’offre au côté des M6 Coupé et M6 Cabriolet) : ligne de toit plongeante, liaisons au sol spécifiques, grandes prises d’air, phares à LED et sou le capot un V8 de 560 chevaux délivrant un couple énorme de 680 Nm (0 à 100 km/h en 4,2 secondes). Sportive ou voiture de course ?...

Enfin, pour aborder le printemps à deux, optons pour le nouveau Z4, le roadster disponible à partir de la version sDrive 18i de 156 chevaux (cinq motorisations au programme Z4) : pack Sport M, châssis Sport M, roues 18 pouces, prises d’air béantes dans le bouclier.

 

 

Nouveau modèle chez Mercedes

Il a pour nom CLA et sera produit à l’usine de Kesckemet en Hongrie. CLA est un coupé quatre portes qui nous vient de la nouvelle Classe A, qui a été élue «Plus belle voiture de l’année 2012 » lors du Festival Automobile International de Paris.

Première réussite : un aérodynamisme record de 0,22 au CX, mais surtout une ligne novatrice qui vient enrichir une gamme en pleine rénovation. CLA sera proposée avec quatre blocs essence de 122 à 211 chevaux, mais gageons que le gros des ventes se fera sur la version 220 CDi alimentée par un moteur de 170 chevaux.

Le coupé quatre portes peut recevoir la transmission intégrale 4Matic, le système « Prevention Assist » anti-collision avec freinage assisté par radar.

Au-dessus, la gamme Mercedes se voit attribuer une nouvelle Classe E en berline, break, cabriolet et coupé (les deux derniers remaniés). Avec ses berlines vedettes, l’Etoile met la barre un peu plus haut, tant aux niveaux sécurité, confort, style et motorisations. A noter que berline et break présenteront un visage différent.

Avec Citan, Mercedes nous parle utilitaire léger ou ludospace. Un nouveau véhicule, issu de la collaboration avec Renault qui vient s’ajouter aux Vito et Sprinter. En fait, il s’agit d’un Kangoo totalement revisité par l’Allemand, on parle de 200 modifications réalisées sur le site de Maubeuge. Citan est disponible en deux longueurs, 4,32 m et 4,70 m avec les versions 108 CDi de 75 et 90 chevaux, un 109 CDi de 112 chevaux sera proposé à la fin de l’été. Trois versions au programme, fourgon, mixte et combi.

Actualité Mercedes en bref avec l’arrivée de l’A45 AMG, la toute première auto entièrement créée par le préparateur sur le segment des compactes : 4 cylindres turbo AMG de 2 litres pour 360 chevaux. AMG encore avec les CLS 63AMG et C 63AMG Edition 507… pour 507 chevaux de puissance, sans oublier le V8 biturbo de 585 chevaux de la E 63AMG.

Enfin, deux distinction pour la marque, le GL qui vient d’être « lu « SUV de l’année » et la Classe B « Taxi de l’année ».

 

 

Opel enlève le haut

Après la sortie du très sérieux SUV urbain Mokka à l’automne et de la citadine sympathique et spontanée Adam cet hiver, l’allemand Opel entre avec ses quatre roues dans la nouvelle saison, c’est dit, avec Cascada, printemps et été sont devenus obligatoires pour la simple raison que le constructeur a décidé d’enlever le haut. Quatre places à l’américaine car Cascada est un cabriolet de 4,70 mètres qui vient s’installer au sommet de la gamme : structure super rigide, châssis Flexride, capote qui s’ouvre en 17 secondes, coffre de 380 litres (capote en place) et tous les équipements de sécurité et de confort que l’on connaît chez Opel, comme la reconnaissance des panneaux, l’aide au stationnement, l’éclairage intelligent… Cascada est une affaire sérieuse, même pour un cabriolet. Moteurs essence de 140 et 170 chevaux, et deux CDTi, 165 et le biturbo de 195 chevaux qui annonce 5,2 l/100 km et 138 g/km de CO². Commercialisation mai 2013, tarifs à partir de 

29.990 €.

Le concept Adam Rocks vu à Genève préfigure le futur mini crossover urbain de la marque, une extension de la citadine, 3,70 mètres, un toit découvrable et un look résolument contemporain, voire avant-gardiste. 

On a souvent dit que le Zafira est un salon roulant à la modularité innovante. Avec la version Tourer 1.6 CDTi, nouveau moteur Ecotec, le Zafira entre en guerre contre les consommations excessives : 4,1 l/100 km en cycle mixte et seulement 109 g/km de CO², nous sommes déjà 10% en dessous des consommations d’un vieux 2 litres.

 

RETOUR

Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
5 visiteur(s) 0 membre(s)