RECHERCHER SUR LE SITE

Volkswagen Coccinelle cabriolet

16/04/2013
Pas besoin d’être vintage pour rouler en Coccinelle cabriolet…

 

 

On peut être l’héritière d’une auto mythique apparue avec les années 50 (en 1949 précisément) et assumer cette succession dans un environnement qui n’est plus le même, sans pour autant ne pas prévoir un peu de nostalgie envoyée dans le rétroviseur. Ainsi, pour fêter le lancement de cette nouvelle Coccinelle Cabriolet, la maison Volkswagen propose des éditions spéciales aux couleurs des années 50, 60 et 70, histoire de ne pas oublier grands-parents et parents des clients potentiels d’aujourd’hui, qui eux aussi ont roulé cheveux (très longs !) au vent en écoutant sur la radio-cassette Grateful Dead et les Pink Floyd de Syd Barrett.

 

Néo-rétro et contemporaine… et cabriolet !

Le temps peut-il rabonnir une auto à l’instar d’un vieux Bourgogne ? Apparemment oui, car cette Coccinelle Cabriolet aux proportions dynamiques et enlevées, semble s’être améliorée en enlevant le toit pour y installer en lieu et place une capote électrique du meilleur effet que l’on pourra ouvrir ou fermer en moins de dix secondes, y compris en roulant lentement. Avouons-le, elle est encore plus attrayante que la version dite « normale » ou berline apparue il y a dix-huit mois.

Globalement, cette auto semble bien dans son époque même si elle ne renie aucunement ses origines, son côté discrètement rétro (mais pas trop) est indéniablement plaisant et rassurant.

Bien sûr, toute la panoplie des équipements de sécurité et de confort est à bord du cabrio, navigation, phares bi-xénon et feux diurnes à led, démarrage et ouverture sans clé avec le système « Keyless Access », sellerie cuir soignée avec surpiqûres ajustées au micron, régulateur de vitesse, climatisation automatique, et pourra même y trouver un système audio Fender de 400 w… pour réécouter Grateful Dead !

 

TSi et TDi efficients

Trois moteurs essence au programme, les TSi de 105, 160 et le terrible 200 chevaux, et deux blocs TDi de 105 chevaux (4,5 l/100 km et 124 g/km de CO²) et 140 chevaux, on notera que chacun de ces moteurs peut être associé à la boîte à double embrayage DSG à 6 ou 7 rapports.

En plus des éditions spéciales (et limitées) 50’S, 60’S et 70’S, la Coccinelle Cabriolet est proposée en trois finitions, « Coccinelle », « Vintage » et « Sport ».

Testée sur les routes sinueuses et étroites de la côte amalfitaine en face de Capri, routes par ailleurs à risques force 10 eu égard à la manière de conduire des autochtones, notre Coccinelle cabriolet fut un enchantement sous le soleil napolitain : ouverte, fermée, ouverte, fermée… nous ne sommes pas passés inaperçus à bord de cette auto bourrée de charme et d’originalité que nous avons appréciée pour son confort, son silence, son coffre finalement pas si riquiqui (225 litres, voire bien davantage si l’on rabat la banquette arrière) et ses qualités routières, notamment en compagnie de la monture délivrant 200 chevaux.

Tarifs, de 20.890 à 33.390 €

 

 

 

 

 

 

L'essai en vidéo :

Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
3 visiteur(s) 0 membre(s)