RECHERCHER SUR LE SITE

Suzuki Celerio : la citadine rationnelle

28/01/2015
10e constructeur mondial avec 2,85 millions de véhicules produits en 2014, dont 15.936 commercialisés en France (et un objectif de 30.000 immatriculations par an d’ici à 2017), le japonais Suzuki fait l’actualité du moment avec un renouvellement de gamme intéressant dans un contexte difficile sur le marché français.

 

Après l’arrivée de S-Cross, succès avéré avec près de quatre mille unités vendues en France l’an passé, et juste avant la commercialisation du nouveau Vitara, un peu l’icône de la marque, c’est avec Celerio que le constructeur a débuté l’année, une citadine dite « rationnelle » dev3,60 mètres, une auto qui devra avoir les idées larges car la concurrence n’est jamais disposée à se laisser impressionner par les nouveaux arrivants.

 

Habitabilité et qualité

« Rationnelle » disions-nous ? Oui, car cette citadine offre une habitabilité plus que convenable, alliée à un confort intérieur que l’on doit à la qualité de la sellerie, mais aussi à l’insonorisation et à la facilité d’utilisation des différentes commandes. A ce titre, on peut également évoquer le coffre de 254 litres, l’un des plus vastes de la catégorie, et un équipement plutôt bien taillé dès l’entrée de gamme en ce qui concerne les éléments sécuritaires. A la finition du dessus, le client trouvera l’air conditionné, la radio, le Bluetooth, la prise USB, ou encore les airbags rideaux. Rappelons que nous sommes à bord d’une citadine dont les tarifs débutent à moins de neuf mille euros. C’est du « rationnel » efficient !

Bien sûr, comme quasiment toutes les citadines mises désormais sur le marché, la Suzuki Celerio embarque un moteur essence (donc pas de diesel au programme), un nouveau bloc 3 cylindres appelé « K10C » d’un litre de cylindrée et délivrant 68 chevaux, et particulièrement performant au niveau des émissions polluantes puisqu’annonçant  seulement 84 g/km de CO² et seulement 3,6 litres aux 100 km en cycle mixte (données constructeur). Accouplé au moteur, on trouve le système « Auto Stop Start ». A noter qu’un second moteur (déjà dans la gamme) est disponible sur Celerio, développant aussi 68 chevaux, mais optimisé (99 g/km de CO²). Cette nouvelle Suzuki est proposée avec une bo^$ite manuelle à 5 rapports (inédite), ou une nouvelle boîte automatique AGS robotisée.

 

Sur les routes du Nord…

C’est sur les routes du Nord entre Lille et la ville belge d’Ypres (haut lieu de la Guerre de 14-18) que nous avons testé cette Celerio. Une citadine dans la ville pour débuter, à l’aise partout, facile à garer, maniable à souhait et prompte à se faire une place dans le trafic, puis une citadine aux champs que la route n’effraye pas, bien au contraire, nous avons alors pu apprécier ses qualités en la matières, et ce dans des conditions météorologiques pas toujours idéales. Nous avons trouvé cette auto plutôt pétillante, généreuse et sympathique, et comme nous l’avons évoqué plus avant, la qualité de vie à l’intérieure est un véritable atout qui fait peut-être oublier que l’auto n’est pas là pour gagner un concours de beauté.

Avec Celerio, Suzuki tient un véritable plus pour son positionnement sur le marché national, d’autant qu’avec ses promos de lancement, l’auto est accessible à partir de 7.930 € jusqu’au 31 mars 2015, ce qui en fait l’une des moins chères de notre marché.

Quatre finitions au programme, « Avantage », « Privilège », « Pack auto » et « Pack plus », et des tarifs qui vont (hors promos) de 8.890 à 12.690 €.

 
 
 
 
Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
4 visiteur(s) 0 membre(s)