RECHERCHER SUR LE SITE

La Chine attaque le marché premium avec Qoros

18/01/2013
Si le plus grand marché automobile est désormais au nadir, c'est-à-dire en Chine, on peut encore dire que les soucis actuels de nos constructeurs automobiles ne sont pas imputables à la concurrence en provenance de ce pays. Pas pour le moment. Car si le marché interne absorbait jusqu’à présent grosso modo la quasi-totalité de la production, il n’en sera pas de même demain. Et demain en Chine, c’est pratiquement maintenant…

 

 

De nombreuses tentatives

On le sait, ces dernières années, les constructeurs chinois ont tenté, avec peu de succès il faut l’avouer, d’aborder le marché de l’Europe Occidentale (voir notre article « l’industrie automobile chinoise a mis un pied dans la porte »). Certes, les offres pouvaient parfois sembler alléchantes, mais le ramage et le plumage n’étaient pas systématiquement en adéquation, et c’est le plus souvent sur les murs des crash-tests que les marques chinoises se sont écrasées : Une absence de conformité qui ne pardonnait pas !

Mais il en faut bien davantage pour décourager ces industriels. Et peut-être va-t-il nous falloir regarder de moins haut ces autos du bout du monde, comme il a bien fallu se résoudre à le faire avec les coréennes depuis les années 90. 

La dernière tentative de séduction qui nous tombe dessus avec l’année nouvelle a pour nom QOROS, et vous l’allez voir, cette fois-ci, la Chine a fait les choses différemment… 

 

 

Avec des Européens

Cette marque est née d’une joint venture entre le constructeur chinois Chery Automobiles et la holding financière Israël Corporation. Mais l’âme de l’affaire est avant tout une association entre la Chine et l’Europe destinée à développer une nouvelle auto à partir d’une page totalement blanche. Et parmi ces Occidentaux, on trouve Volker Steinwasher le vice-président du Conseil d’administration de Qoros, Gert Volker Hildebrand aux manettes du design, celui à qui l’on doit le retour de la Mini au début des années 2000, mais également des professionnels de l’automobile déjà vus chez BMW, Volvo, Saab, Mercedes, Fiat…

Les designers sont basés à Shanghai et à Munich, et ne nous y trompons pas, le style du premier modèle à venir est 100% européen. Quant aux fournisseurs, ils s’appellent Continental, Bosch, Magna Steyr (qui assemble déjà en Autriche RCZ, le Grand Cherokee, la Mini Countryman, le BMW X3…), mais encore TRW, un américain qui a racheté l’anglais Lucas spécialiste des pièces détachées, et l’incontournable Microsoft. 

C’est à Changshu près de Shanghai que se trouve le site de production Qoros, sa capacité est de 150.000 véhicules/an, et à terme celle-ci sera portée à quelque 450.000 véhicules/an. C’est du sérieux.

Qoros, société créée en 2007, s’est apparemment donnée les moyens de travailler différemment en imaginant en amont une auto destinée au client occidental, et ce avec des européens aux manettes, voilà peut-être la clé qui ouvrira les portes de nos marchés. A noter que 30% des employés de Qoros sont des non chinois.

 

 

Et voici la GQ3

« En tant que marque entièrement nouvelle, nous avons l’avantage d’être en mesure de concentrer nos efforts, sans compromis, afin de répondre aux exigences des clients » nous dit Volker Steinwasher. Nous verrons à Genève, lors du Salon qui se tiendra du 7 au 17 mars à Palexpo, si les « compromis » ont bien été mis de côté,

car c’est à Genève que Qoros fera son entrée officielle en Europe avec un premier véhicule exposé, la « GQ3 », une berline du segment C de 4,73 mètres annoncée comme la concurrente de BMW (même pas peur !), et qui sera commercialisée en Europe à partir de fin 2013 à un tarif sidérant compris entre 15.000 et 18.000 €. 

Et ce ne sera pas du low cost, on nous parle des meilleurs matériaux et d’équipements haut de gamme, climatisation, sellerie cuir, navigation interactive avec écran tactile 18 pouces, jantes alu 19 pouces.

L’auto conçue et développée « par une équipe internationale de spécialistes expérimentés », au look très coupé quatre portes aux lignes horizontales, pourrait peut-être figurer parmi les vedettes du salon genevois. Un break et un SUV seront également du rendez-vous des bords du Léman.

Quant aux fameux tests EuroNCAP avec leurs 5 étoiles à décrocher pour enfin exister sur le Vieux Continent, chez Qoros on semble ne pas les craindre outre mesure. En cas de succès, et si le ramage évoqué plus avant correspond au plumage, l’offre d’une berline luxueuse à moins de 20.000 euros pourrait bien devenir une bonne affaire. Mais attendons de voir cette qualité de fabrication annoncée, et ce qu’il y aura sous le capot, on évoque actuellement un bloc de 1,6 litre qui devrait développer 130 chevaux (avec boîte auto ou manuelle).

Rendez-vous donc à Genève sur le stand Qoros.

 

Jean-Yves Curtaud

Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
4 visiteur(s) 0 membre(s)