RECHERCHER SUR LE SITE

Il ne restera que des blagues à deux balles...

27/12/2013

Il est temps que l'année se termine avant qu'on se retrouve en guerre contre le sultanat d'Abyssinie et de la Rade de Brest réunis, temps de plier les gaules d'une année en "13" qui n'a rien fait sortir d'heureux du chapeau à François, si ce n'est une belle collecte de renoncements, rétropédalages et autres marches arrière à double embrayage.

On nous avait promis du "normal", on nous a livré des échantillons de tout et n'importe quoi, comme si la normalité consistait à officialiser le foutage de gueule. Je n'ose même pas imaginer comment les médias auraient utilisé le mauvais mot de Hollande sur "le retour sain et sauf d'Algérie" prononcé par Sarkozy. On se souvient qu'une soirée au Fouquet's avait quand même fait cinq années de "une" !

On nous avait promis un type normal, on est obligé de faire avec un type qui passe son temps à mettre au pilon les propositions et rapports de son Premier ministre, à faire celui qui n'était pas au courant, qui ne savait pas à quel point on est mal. On nous avait promis un pacifiste, on se retrouve avec un type qui fait une guerre en Afrique tous les six mois.

On a installé une majorité dite de gauche, les budgets, de la Sécu et de l'Etat, ne sont pas votés par les alliés du PS au Sénat et parfois à l'Assemblée, les écolos avalent toutes les couleuvres d'aéroports en centrales nucléaires pour garder leurs ministères, ces gens, socialistes, communistes, Verts, Front de Gauche, se déchirent et s'insultent quotidiennement dans les médias mais vont faire front commun aux municipales pour sauver l'essentiel : la gamelle !

On nous avait promis du changement et nous assistons au pire des spectacles politiques, celui du renoncement et du mensonge. Piteux spectacle d'une majorité qui ne sert à rien parce qu'elle ne croit en rien hormis à la réalité du pouvoir. Dans quelques jours, le Président va nous annoncer cramoisi qu'il a gagné son pari de l'inversion de la courbe du chômage : les emplois aidés aideront, nous allons les payer pour ça, ils ne servent qu'à ça. Il en faut combien ? 20.000 ? Mettez-en 20.000 ! Fumisterie d'un pouvoir qui ressemble à une farce. Mais de mauvais goût, comme les blagues à deux balles du Corrézien...

Partager cette brève facebook : |
En ligne
4 visiteur(s) 0 membre(s)