RECHERCHER SUR LE SITE

Volkswagen Eos

19/06/2011
Quand Eos poursuit Tithon à bord de son cabriolet

On ne remontera pas à la mythologie grecque pour évoquer l’histoire du cabriolet chez Volkswagen, même s’il est question d’EOS déesse de l’aurore poursuivant Tithon son futur, l’année 1949 suffira, ce fut celle de l’apparition de la Coccinelle découverte, une auto qui deviendra une icône tant en Europe qu’aux Etats-Unis au moment du Flower Power et du Combi VW : « happy together » chantaient les Turtles !

4ème génération de cabriolet

Coccinelle donc, puis Golf en 1979 (et à nouveau Golf cabrio présentée en première au salon de Genève début mars), New Beetle en 2003, et enfin EOS en 2006, un cabriolet vendu à quelque 175.000 exemplaires dans le monde, dont 13.000 pour le seul marché français. Toit complet vitré et en 5 parties, toit fractionnable, toit qui s’ouvre ou se ferme en 25 secondes, et à distance également, un plus que l’on doit à la fonction « keyless access ». Voilà pour la spécificité cabriolet, c’est la moindre des choses. Mais il y a plein d’autres signes intéressants... Pas d’énormes changements d’aspect au cahier des charges, mais de belles améliorations, et surtout l’auto adopte les nouveaux codes stylistiques de la marque avec, entre autres, la calandre horizontale qui relie les optiques avec feux diurnes à led (sur la version bi-xénon), les pare- chocs retravaillés, plus quelques nouveautés dans l’habitacle avec des éléments décoratifs ou encore un nouveau levier pour la boîte DSG. En fait, c’est principalement au niveau des technologies embarquées qu’EOS se met dans le sens du vent, recevant l’aide au stationnement « Park Assist », le système « Light Assist » pour les feux de route (avec caméra qui analyse les configurations du trafic), et on l’a dit, l’ouverture à distance du toit.

EOS c’est aussi trois moteurs, deux versions essence TSi de 122 et 210 chevaux, et l’incontournable TDi de140 chevaux (80% du marché) avec des baisses annoncées, 4,8 l/100 km en cycle mixte et 125 g/ km de CO2 (avec boîte mécanique). Mais il serait dommage de se priver d’une DSG sur ce TDi.

Testée entre Malaga et le mythique Rocher de Gibraltar, notamment dans la région de Los Castanares et des « villages blancs », notre cabriolet – souvent fermé pour cause de pluies abondantes – a montré toute sa pugnacité, et je vous le dis, cette DSG sur le 140 est un vrai bonheur, et tant pis pour les quelques grammes de CO2 en plus (139 g/lm).

Disponible en trois finitions (Eos, SporLine et Carat), le cabriolet de Volkswagen coûte de 26.990 à 38.420 €.

 

 

 

L'essai en vidéo :

Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
4 visiteur(s) 0 membre(s)