RECHERCHER SUR LE SITE

Kia Picanto

06/01/2012
La Picanto, ou Morning au pays du « Matin Calme »

 

« Faire des Kia des véhicules remarqués et remarquables », voilà une phrase maison qui n’est plus un souhait mais une réalité, Kia (avec Hyundai), aujourd’hui 4ème constructeur mondial, affiche une santé resplendissante avec +26% de progression en 2010 (et + 13,9% en France), des résultats qui incitent le coréen à poursuivre son travail façon triptyque, « identité, dynamisme et design ».

Et c’est dans cette logique que Kia nous a proposé d’essayer sa nouvelle version de la citadine Picanto, une citadine qui se veut branchée, il lui fallait une ville branchée, ce fut Berlin, c’est donc côté Est que nous avons roulé…

 

Les murs sont tombés

Le premier en novembre 1989, à Berlin justement, et sa chute a entraîné toute une série de murs démolis depuis. Et dans l’automobile, l’un de ceux-là concernait les voitures coréennes. On les regardait de haut, avec méfiance, il n’y a pas si longtemps. Aujourd’hui, ces préjugés ont été balayés, l’ouverture des marchés et surtout l’ouverture de l’industrie auto coréenne aux goûts et standards européens ont bouleversé la donne. Qui aurait imaginé il y a seulement dix ans, que Kia vendrait en France six à sept fois plus de voitures que notre voisin Lancia ?

Et la Picanto, lancée en 2004, a largement contribué à cette expansion. Alors quand on découvre la nouvelle Picanto aux deux silhouettes distinctes en trois et cinq portes entre sportive et sage, on comprend que les 3,58 mètres de la citadine trouveront facilement à se caser dans nos rues.

Déjà, côté look, la Picanto affiche un genre 100% européen, reprenant l’image « Venga », petite et vaste à la fois grâce à la polyvalence, pratique (avec un coffre de 200 litres), sécurisante (avec, entre autres, assistance au freinage, contrôle de trajectoire, direction assistée électrique asservie à la vitesse, 6 airbags), et montée comme une auto de l’étage du dessus au rayon équipements de confort avec radio/CD/MP3, rétroviseurs extérieurs électriques, démarrage sans clé, toit ouvrant, climatisation, selon les finitions bien sûr.

Et comment ça marche une Picanto ? Avec deux solutions sous le capot, un moteur de 1 litre et 69 chevaux, affichant 4,2 l/100 km en cycle mixte et 99 g/km de CO², et le 1,2 litre de 85 chevaux (105 g/km de CO²), ce dernier pouvant être équipé du Stop&Go et d’une boîte automatique.

Quatre finitions, Motion, Style, Active et Premium, et des tarifs compris entre 9.490 et 13.730 € (et une offre d’appel à 7.790 € avec les remises et bonus).

 

 

 

L'essai en vidéo

Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
5 visiteur(s) 0 membre(s)