RECHERCHER SUR LE SITE

Audi A3 Sportback

14/12/2012
Une Audi A3 Sportback « authentique »

 

 

L’histoire de l’Audi A3 cinq portes a débuté en 1999, déjà l’ancien siècle, quant à l’appellation Sportback elle date précisément de 2004. On peut donc péremptoirement affirmer que cette version 2012 sera répertoriée comme la troisième génération du genre.

 

Que du changement… maintenant !

Découverte au printemps dernier, la nouvelle A3 change ostensiblement avec cette version cinq portes, plus longue (7,3 cm), disposant d’un coffre également en pleine expansion avec 380 litres en position dite normale, mais surtout affichant un design différent à l’arrière et sur les flancs où l’on remarque d’emblée le trait chromé qui court le long des vitres. On évoquera alors l’aspect raffiné de la silhouette, même si la partie arrière donne l’impression d’une auto athlétique, bien posée sur ses roues. L’effet « Tornado » est dans tous ses états, la signature des optiques confirme l’engagement de cette sportback. On sent immédiatement que les responsables du trait ont insisté sur les capacités dynamiques que cette cinq portes devra laisser augurer…

Du neuf à l’extérieur et une déco intérieure totalement inédite, planche de bord soignée, console centrale extra large pour affirmer le côté cockpit, et une qualité d’assemblage qui est un parangon de précision : tout laisse à penser qu’il va se passer quelque chose d’incroyablement agréable et terriblement efficace une fois le « start » enclenché.

Et là encore la maison d’Ingolstadt a prévu large, « la plus authentique et la plus esthétique » des A3 Sportback, comme on la qualifie chez Audi, est proposée de 105 à 180 chevaux en version essence TFSI, et de 105 à 184 chevaux en TDI. 

De la puissance, de l’onctuosité, et des consommations toujours en chute libre, jugez-en, 3,8 litres aux 100 km en cycle mixte et 99 g/km de CO² pour la 1.6 TDI de 105 chevaux, le travail sur les moteurs et le poids de l’auto rembourse cash les efforts des ingénieurs.

Autre particularité sur la 1.4 TFSI 140, c’est le système « cylindres à la demande » découvert récemment sur les blocs 8 cylindres, et qui permet ici de désactiver deux cylindres sur quatre selon les besoins de conduite. L’intérêt est dans l’économie d’environ 20% sur la consommation et ce sans aucun changement au niveau du confort, notamment sonore.

 

La précision avant tout

Un confort lié aussi aux technologies embarquées, et l’A3 Sportback cotise au meilleur club avec, entre autres, le système multimédia intégrant de nouvelles fonctions avec écran ultra-plat, le régulateur de vitesse adaptatif, le « Park Assist » qui fait le créneau à votre place, ou encore l’assistant actif de maintien de trajectoire.

Testée au-dessus de Nice entre Sospel et le col du Turini sur des routes sinueuses et parfois fracassées, notre Sportback a montré l’extrême fluidité de son maniement avec toujours une direction précise au 10ème de micron.

Cinq niveaux de finition au programme, la possibilité d’opter pour la boîte à double embrayage STronic (+ 2.070 €) sur toutes les versions et pour une transmission Quattro sur la TFSI 180 et les TDI 150 et 184 chevaux, et des tarifs qui vont de 24.400 € à 37.000 € (en concession à partir de début février 2013).

Audi prévoit un mixe de 75% d’A3 Sportback.

 

 

 

 

 

 

 

L'essai en vidéo

Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
6 visiteur(s) 0 membre(s)