RECHERCHER SUR LE SITE

J’irai dormir à Dijon

12/03/2013
« Tout le monde connaît Dijon mais personne ne s’y arrête » regrettait Patrick Chirac dans le film Camping 1. La remarque n’est plus exacte, puisque c’est un successeur de Chirac, l’autre, qui vient de la rendre obsolète. François Hollande, le Président normal anormalement bas dans les sondages, vient de passer deux jours sur la côte, la Côte d’or précisément, celle des Ducs de Bourgogne.

 

 

La moutarde va lui monter au nez !

Déjà, pendant trois jours on nous a répété en boucle qu’il dormirait à Dijon. Oui, vous avez bien entendu, à Dijon, le Président a dormi en province, chez les ploucs, là où dorment paraît-il, des millions de Français chaque nuit. Enfin pas tous à Dijon, certains dans la banlieue de Dijon, à Marseille, à Brest, à Lyon, à Tulle même !

En tout cas, les services officiels avaient prévenu, ça ne sera pas un déplacement comme du temps de Sarkozy où le public était composé de militants UMP et quand les forces de police éjectaient les réfractaires au discours du Commandante manu militari. C’est vrai, il n’y avait plus de militants UMP mais des militants PS, voilà la différence. C’est même écrit dans « Le Monde » ! Quant aux réfractaires au Hollande-Tour 2013, ils n’étaient pas des opposants au Président mais « quelques olibrius » comme nous l’a précisé le maire de Dijon François Rebsamen.

« Faisons l’olibrius, l’occiseur d’innocents » disait Molière. Donc ceux qui apostrophent sa Normalité pour cause de non respect des promesses ne seraient que des gens dangereux prêts à en découdre avec l’autorité. Les militants CGT apprécieront, tout comme les chômeurs qui ont tenté de se faire entendre au pays de la moutarde dans le quartier des Grésilles. Ils ont eu maille à partir avec la police… maille de Dijon évidemment.

« Ça a été un vrai bonheur » répétait le maire de Dijon, l’extase était voisine de palier de la béatitude. On pense déjà à canoniser ce Président normal.

Maintenant, on nous annonce que ce type de déplacement sera répété toutes les six semaines, il s’agit en fait d’expliquer aux Français sur place, chez eux, à domicile, entre deux yeux, que si ça va mal c’est à cause de la crise et de la mondialisation, deux trucs qui nous seraient tombés dessus juste après le second tour de la présidentielle. Ce n’est pas de bol et c’est ballot ! 

Mais comme le Président viendra dormir chez nous un de ces jours, on se dit que la confiance suivra forcément dans le camion balai. Jésus marchait sur l’eau, Hollande dort à Dijon. Moi, je n’ai pas mieux. Comme quoi la gloire éternelle tient à pas grand-chose…

 

Jean-Yves Curtaud

Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
6 visiteur(s) 0 membre(s)