RECHERCHER SUR LE SITE

Il est midi dans le siècle

18/03/2013
Il est midi dans le siècle, par Michel-Antoine Burnier et Léon Mercadet, chez Robert Laffont, 18,50 €

 

L’histoire d’un siècle peut parfois tenir à pas grand-chose, un détail, une erreur, un mauvais aiguillage. Par exemple, si un certain Adolf Hitler avait été admis à l’école des Beaux Arts de Vienne après la Première Guerre Mondiale, le sort de millions d’hommes et de femmes ici en Europe eut certainement été différent. Et c’est un peu le chemin emprunté par Michel-Antoine Burnier et Léon Mercadet pour faire dérouler sous nos yeux un 20ème siècle un tantinet décalé par rapport à la réalité que nous connaissons. En fait, tout débute avec la mort de Lénine dans un accident ferroviaire en 1917. La Russie ne devient pas soviétique et bolchevique, mais une grande puissance industrielle qui va rivaliser avec la France et l’Angleterre. De son côté, au lieu de nous faire la guerre une nouvelle fois, l’Allemagne se consacre à la culture et devient, grâce au septième art, le « temple » du cinéma mondial.

Au lieu de traverser les années 40 au son du canon, les européens fabriquent des fusées pacifiques, et ce sont les Russes qui enverront les premiers hommes sur la lune – dont un certain Gagarine -, le 20 juillet 1959.

Evidemment, ce 20ème siècle nouveau sera le témoin de quelques conflits, André Malraux débarquera en 1936 à Barcelone pour y chasser le général Franco, les Etats-Unis feront quand même la guerre au Japon, et la France aura aussi son conflit algérien. Ce qui nous ramène à la politique française avec un Président Coty auquel succédera François Mitterrand, puis un jeune économiste, Giscard d’Estaing.

Quant au 21ème siècle, il débutera par un gigantesque attentat : deux avions détournés percuteront les tours jumelles du Welt Kommerz Zentrum de Berlin…

Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
1 visiteur(s) 0 membre(s)