RECHERCHER SUR LE SITE

L’Europe occidentale en danger

23/05/2013
Les émeutes qui ébranlent depuis quelques jours et surtout quelques nuits la capitale suédoise Stockholm, ainsi d’ailleurs que Malmö, prouvent que plus personne n’est à l’abri en Europe de cette violence urbaine souvent expliquée par des problèmes de non intégration, qui laisseraient entendre que les sociétés qui accueillent ces populations migratoires ne font pas correctement leur travail. De là à évoquer l’exclusion et le racisme il n’y a qu’un pas que beaucoup n’hésitent pas à franchir, on le sait pertinemment en France, c’est toujours l’Etat qui ne fait pas assez.
Pourtant, lorsqu’un modèle de démocratie comme la Suède est à son tour frappé par cette violence émeutière on peut se poser quelques questions.

 

 

De l’excellence…

Comment un pays qui a reçu en 2010 le « Prix de l’excellence » en tant que pays « le mieux réputé » après avoir été classé « Pays le plus démocratique au monde » avec une note de 9,8 sur 10 par The Economist, peut-il se retrouver dans une situation qui dégénère sur un fait divers apparemment « banal » (un homme qui menaçait sa femme et la police avec une machette a été abattu) ? Parce que ce dernier était issu d’un quartier classé difficile où 80% de ses habitants sont issus de l’immigration. Un scénario que nous connaissons en France, les représailles sont immédiates, et ce quel que soit le motif de l’incident avec les forces de police. Le but est d’en découdre avec l’autorité, de montrer que ces territoires sont quasiment autonomes, drogue, prostitution, gangstérisme, il faut protéger le business.

Et si en plus on décide d’inclure à cette liste le communautarisme cultuel, qu’on le veuille ou pas, c’est tout notre édifice sociétal qui est en péril. Ces mêmes Suédois ont déjà connu un tel phénomène à l’occasion d’un match de Coupe Davis qui opposait la Suède à Israël à Malmö en 2009. Durant deux jours, la ville fut en état de siège, quelque 6.000 manifestants issus de l’extrême gauche et de la communauté musulmane bouclèrent l’accès au stade et s’affrontèrent avec la police, les rencontres furent jouées à huis clos. Oserait-on aujourd’hui programmer un match de football à Paris entre la France et Israël ? Bien sûr que non, celui-ci se jouera à Nantes ou à Bordeaux.

 

… à l’échec

Cet échec de la politique d’intégration en Suède a été évoqué par le Premier Ministre conservateur Fredrik Reinfeldt, mais peut-on encore parler d’intégration avec certaines populations qui n’ont absolument pas l’intention de s’intégrer à notre mode de vie, à notre culture, à nos traditions européennes occidentales, préférant mettre le curseur sur leurs différences ? Quand un pays comme la Suède, modèle de social-démocratie et de l’Etat providence, d’une société dite parfaite et égalitaire, qui ne compte que dix millions d’habitants pour un territoire presque aussi vaste que la France, est pris pour cible par des agitateurs communautaires au même titre que les grandes démocraties européennes comme la France, la Grande Bretagne, l’Italie ou l’Allemagne, terres traditionnelles d’immigration, c’est la preuve que toute l’Europe Occidentale est en danger, et plus encore aujourd’hui avec cette crise économique qui perdure plus qu’on ne le pensait. 

En danger parce qu’il ne faudrait pas que ces failles soient autant de postes avancés de combats qui ne nous concernent pas, quand chacun viendra régler ses comptes chez nous, ou d’un terrorisme justifié parfois par le seul fait que nous existons et dérangeons les nouveaux arrivants, en danger parce que ces situations conflictuelles feront de plus en plus le jeu des partis extrémistes… ce que la Suède vient de vivre avec l’entrée de députés d’extrême droite au parlement en 2010, et ce que nous vivons en France avec un Front National désormais deuxième force politique devant le Parti Socialiste.

Les exemples de Merah en France en 2012 et de ce militaire britannique lâchement assassiné à Londres par deux « barbares » et ce au nom d’Allah, menacent de plein fouet notre société occidentale ouverte, démocratique et très souvent généreuse, qui n’a aucune leçon à recevoir de la part de gens qui, pour certains, et je dis bien pour certains, ne viennent chez nous que pour bénéficier d’un système social performant et redistributeur. Quand des démocraties comme la Suède trébuchent sur ce problème de l’immigration, quand le pays le plus libre, en l’occurrence l’Angleterre, reçoit en récompense de cette liberté une fatwa meurtrière, quand le pays d’Europe qui accueille le plus grand nombre d’étrangers, il s’agit de la France, est systématiquement dénigré pour son racisme, alors oui, c’est qu’il y a bien quelque chose de déglingué sur le Vieux Continent, un peu comme si notre société se décomposait par perte d’identité, comme si elle avait soudainement peur de défendre ses valeurs face à des gens devenus intransigeants et exigeants car conscients de nos faiblesses. Combien de temps nous reste-t-il ?...

 

J. Nimaud

Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
4 visiteur(s) 0 membre(s)