RECHERCHER SUR LE SITE

Hyundai i30 3 portes

31/05/2013
Hyundai i30 3 portes : comme un coupé

 

 

C’est au printemps 2012 que la nouvelle mouture de la Hyundai i30 a fait son apparition, puis est arrivé le break ou Sport Wagon, voici venir aujourd’hui la i30 en version 3 portes, on ne l’appellera pas immédiatement « coupé i30 », mais dès le premier coup d’œil on comprend que c’est comme acquis. La ligne dynamique soulignée par un trait fluide, ou « fluidic sculpture qui s’inspire des lignes et mouvements de la nature » comme on dit chez Hyundai (que vous prononcerez « hyoun-dé »), laisse ostensiblement augurer une idée de coupé, même si le « mouvement de la nature » reste encore à définir…

 

Mais un coupé « sage »…

Côté look, l’auto est agréable à regarder, bien proportionnée, la ligne de caisse est plutôt haute, et ses 4,30 mètres de longueur lui permettent sans rechigner de tenir un rôle dans la distribution à la famille des coupés. 

Mais il va aussi falloir très vite revenir à des considérations plus terre à terre, voire plus familiales. Car le coupé s’essouffle, surtout avec la seule version essence disponible délivrant 100 chevaux, même le CRDi de 128 chevaux paraîtra manquer de brio à cause des rapports de boîte un tantinet trop longs. On peut se poser la question : faut-il continuer à s’acharner sur le CO² à minima alors que le conducteur va forcément monter dans les tours (et dans le CO²) pour dénicher un peu de puissance ? Mais peut-être s’agit-il là d’un débat aussi vieux que le siècle dernier…

Puisque nous sommes sous le capot, rappelons que cette i30 3 portes est disponible en 100 chevaux essence, 110 et 128 chevaux en CRDi diesel (avec ici de l’excellence aux consommations, 4,3 l/100 km en cycle mixte et 114 g/km de CO²).

Faute d’avoir le souffle d’un vrai coupé qui annoncerait ses 150 chevaux, cette Hyundai i30 possède des atouts indéniables : qualité des matériaux en hausse, finition impeccable, excellent comportement routier, que nous avons apprécié lors de nos essais dans la région de Reims, et une liste d’équipements quasi-exhaustive si on opte par exemple pour la version CRDi 128, par ailleurs fort silencieuse : sellerie cuir caramel, navigation, sièges avant chauffants, caméra de recul, jantes alu 17 pouces, toit ouvrant panoramique, climatisation bizone… il ne manque qu’une boîte automatique non disponible en 3 portes (pour le moment).

Ajoutons que le confort des passagers à l’arrière n’est pas une victime collatérale du passage de 5 à 3 portes, l’habitabilité a été préservée avec en plus une garde au toit correcte, quant au coffre, il est identique à celui de la berline, de 378 à 1.316 litres.

Hyundai et son groupe occupent aujourd’hui le 4ème rang mondial des constructeurs avec des ambitions avérées ici en Europe où cette i30 a été conçue (en Allemagne), et où elle est fabriquée (en République Tchèque), des ambitions vérifiées sur les tablettes, la progression du coréen étant de + 24% sur les premiers mois 2013 par rapport à la même période de l’année précédente. Et histoire de remettre un coucou coréen à l’heure, on rappelle également que Hyundai paie beaucoup de taxes en Europe, 1,7 milliards d’euros l’an passé.

Tarifs de cette i30 3 portes, de 16.400 à 25.550 €

 

 

 

 

 

 

Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
8 visiteur(s) 0 membre(s)