RECHERCHER SUR LE SITE

Les délices de 36

21/07/2016
Les délices de 36, par Nicolas Rey, chez Incipit, 12,00 €

1936, les grandes grèves « joyeuses » suivies par deux millions de travailleurs paralysent le pays. La classe laborieuse en a assez de perdre sa vie à vouloir la gagner. L'avènement du Front Populaire et Léon Blum vont lui offrir ce qu'elle n'aurait jamais imaginer obtenir : deux semaines de congés payés, deux semaines à ne rien faire, dormir, ou mieux deux semaines à vivre autrement, partir à la mer ou la montagne, « avoir droit au bonheur » !

En juillet de cette année-là, près de 600 000 personnes partent, qui à pied, qui en vélo, en train pour deux semaines de repos et de bonheur. On chante des airs de Tino Rossi, Jean Sablon, Maurice Chevalier, Ray Ventura et ses Collégiens, on danse sur des airs d'accordéon. Et la classe populaire découvre comment vivent les riches, qui voient d'un très mauvais ?il leurs plages envahies. La France a toujours été coupée en deux et elle le restera toujours.

Pour l'heure, Jean ouvrier à la chaîne, Bernadette standardiste et Marius leur fils âgé de quinze ans arrivent en train à Deauville. Ils s'installent au camping et profitent de la plage, c'est gratuit. Marius croise Emma à la fête foraine, il lui offre une pomme d'amour, ils s'aiment... mais elle est la fille d'un riche bourgeois, lui un pauvre, bref une histoire universelle.

Un joli petit roman, un vrai moment de plaisir, avec un bonus documentaire à la fin retraçant l'avènement des congés payés, que l'on doit à Incipit « la petite collection des grandes premières fois ».

Partager cet article twitter : Partager cet article | facebook : Partager cet article |
En ligne
2 visiteur(s) 0 membre(s)