RECHERCHER SUR LE SITE

Heurts divers à l'heure d'hiver

28/10/2013

La 43ème semaine de l'année, celle qui nous mène tout droit à l'heure d'hiver, aura-t-elle été fatale au pouvoir qui, face à la grogne des manants, a dû une fois de plus, revenir sur ce que les députés constituant sa majorité avaient voté, quasi en catimini, trois jours auparavant ? La hausse scandaleuse des prélèvements sociaux sur l'épargne des classes moyennes (PEA, PEL, CEL, assurance-vie...), avec effet rétroactif sur quinze ans, et l'installation de l'Ecotaxe pour janvier prochain, déclenchant la révolte en Bretagne (et pourquoi pas ailleurs au fait ?), auront été autant de signes ostentatoires d'un gouvernement et de sa majorité à la recherche d'un peu d'oxygène en nous faisant les poches.

Pour ce qui est de l'épargne, disons-le, ce sont des méthodes de voyous. Remonter quinze ans en arrière - et pourquoi pas jusqu'à l'Emprunt Russe ? - n'est rien d'autre que la rupture avérée d'un pacte moral entre l'Etat et les Français, rupture de la modération fiscale en échange des risques que ces derniers ont pris. Cet acharnement à dilapider l'épargne des Français est une honte, sachant que pour beaucoup d'entre eux, il s'agit avant tout de sécuriser les revenus de leur future retraite. Il faut dire que les sommes placées font tourner la tête des princes qui nous gouvernent, quasiment deux années de PIB, de quoi embaucher, pourquoi pas, trois millions de fonctionnaires et faire disparaître le chômage... durant six mois, pas davantage. Tenir jusqu'aux municipales... Par ailleurs, la même semaine, le Parlement avait déjà voté le doublement de la "contribution exceptionnelle" de l'impôt sur les sociétés, et l'intégration de l'assurance-vie à l'ISF.

Mais l'Etat n'est pas un cas isolé. En Région Rhône-Alpes, la majorité de gauche vient de voter une hausse de un centime par litre de la taxe sur les carburants, et ce au moment où la Justice annulait deux subventions de 150.000 et 100.000 euros, que ce même Conseil Régional avait accordées... aux peuples autochtones d'Equateur.

"Les dépenses absolument nécessaires pour la subsistance de l'Etat étant assurées, le moins qu'on peut lever sur le peuple est le meilleur." Vous l'aurez compris, ça ne vient pas de Hollande, Ayrault ou Moscovici, mais de Richelieu. A certains moments, on a les grands hommes qu'on peut, ou qu'on mérite après tout !

Partager cette brève facebook : |
brève précédente : Je vais en faire des tonnes...brève suivante : En direct de Mitrovica
En ligne
5 visiteur(s) 0 membre(s)