RECHERCHER SUR LE SITE
Les chroniques de Jean-Yves Curtaud

La peste ou le choléra ?...

15/04/2017

La régression ou la régression, la pauvreté ou la pauvreté, l'albanisation ou l'albanisation... en fait nous n'aurons plus le choix. Nous n'aurons plus le choix si, comme certains nous le promettent, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon sont qualifiés pour le second tour.  Marine Le Pen, on connait ses positions depuis longtemps. Quant à Mélenchon, de plus en plus caméléon au fur et à mesure de sa progression dans les sondages, il serait peut-être temps de rappeler ses positions. C'est le candidat du parti communiste, c'est le candidat de l'ouverture massive des frontières à qui le souhaite (on se souvient de son discours de Marseille de 2012 quand il appelait les populations d'Afrique du Nord à venir massivement sur le territoire), c'est le candidat qui veut nationaliser l'économie et envoyer se faire foutre les marchés et la mondialisation, ce qui ne l'oublions pas fait tourner nos entreprises, et c'est le candidat qui nous promet une société façon Fidel Castro ou Hugo Chavez, vous savez, Cuba et le Vénézuela, deux pays aux économies ruinées par des dictateurs. Oui, au fait, Castro et Chavez, les parangons de Mélenchon, ce sont des dictateurs. Comme par ailleurs tous les chefs de gouvernements communistes qui ont oeuvré un peu partout depuis les années 50, voire bien avant pour l'Union Soviétique. Est-ce vraiment dans ce système-là que nous voulons basculer ?

Alors bien sûr, on nous dit que c'est un "excellent orateur". Mais a-t-on plus besoin d'un orateur que d'un gestionnaire ? Et puis on nous dit aussi que c'est le "communisme à visage humain". Où est l'humanité dans le communisme, hormis peut-être le titre d'un journal ? Au passage, Staline, Mao et même Georges Marchais étaient d'excellents orateurs. Il parait, d'après ce que les médias racontent, que même des gens de droite vont voter pour Mélenchon. J'espère pour eux qu'ils ne sont pas propriétaires de leur appartement et qu'ils n'ont pas quelques économies placées... Oui, il est temps de rappeler une fois encore que le vote Mélenchon est un vote communiste, et si par malheur - je dis bien malheur - nous devons nous retrouver à choisir entre le Pen et Mélenchon au second tour, donc entre la peste et le choléra, il ne nous restera que deux semaines pour plier les gaules et aller se faire voir chez les Grecs ou ailleurs. Parce qu'après, pour reprendre l'expression du tribun, vous allez "cracher du sang", mais pour de vrai !...

L'essai auto de la semaine

Suzuki S-Cross

Jean-Yves Curtaud
La première version du S-Cross de Suzuki fut commercialisée en 2013. Trois ans, c’est un peu la mi-mandat pour un véhicule, rien d’étonnant donc de voir débarquer aujourd’hui un beau restyling de ce SUV qui a trouvé son rythme de croisière off-road avec quelques 9.300 ventes en France depuis son lancement ...
lire la suite

Retrouvez nos autres essais auto
Suzuki Baleno
Salon Genève 2016
Ford Ecosport
Suzuki Celerio
Audi A3 cabriolet
Hyundai i10

Politique

Un pays en colère ?

« Chacun le sait depuis Michelet, la France est une personne, mais c'est alors aujourd'hui une personne bien malheureuse. A tous ceux qui l'observent, du dedans comme du dehors, elle apparaît habitée par le doute, rongée par l'inquiétude, submergée par la déception, exaspérée par le pouvoir politique, amère vis-à-vis de la gauche, anorexique vis-à-vis de la droite, déçue par son destin, incertaine d'elle-même et de son avenir, par-dessus tout déstabilisée à force d'anxiété. » C'est ainsi qu'Alain Duhamel débutait son essai intitulé « Les peurs françaises » en 1993... lire la suite

Retrouvez nos autres articles politiques
Economie

Réforme de la fiscalité : la ficelle est grosse

Tout le monde s'est pincé ce mardi 19 novembre à la lecture du journal Les Echos qui nous apprenait que Jean-Marc Ayrault allait lancer « sa » grande réforme fiscale. S'agit-il de déminer dans l'urgence la grogne qui monte, certains n'hésitent plus à parler de révolte, et ce afin de calmer le jeu en pleine campagne des municipales, ou bien s'agit-il d'une remise à plat de notre fourbi fiscal, ce serpent de mer que tous les pouvoirs successifs ont promis de réformer ? lire la suite

Retrouvez nos autres articles économiques
Vins

Les rosés de l’été…

Pic Saint-Loup et Costières de Nîmes pour ouvrir cette escapade qui sera principalement sudiste. Mais pas que… lire la suite

En ligne
3 visiteur(s) 0 membre(s)