RECHERCHER SUR LE SITE
Les chroniques de Jean-Yves Curtaud

Ah ça ira, ça ira, mais jusqu'où ?...

16/12/2018

Quelle attitude adopter quand vous êtes bloqué à un rond-point et qu'une rombière agressive vient cogner à votre vitre en lâchant : "pourquoi t'as pas mis ton gilet jaune ?". On peut répondre tout naturellement "parce que le jaune me va pas au teint", ou encore "parce que je ne le trouve plus", voire, et c'est un peu ce qui m'est venu à l'esprit sur le coup, "parce que je ne parle pas aux gens mal élevés, agressifs et vulgaires". Mais bon, là, c'était le coup de pied dans la portière assuré, peine minimum. Car la fameuse "rombière" était quasiment dans la situation d'un sans-culotte qui vient d'arrêter le roi à Varennes. Vite, la tête sur un pique ! Certes, je plaisante un tantinet. En fait, pas du tout ! Car c'est aussi en partie la réalité au quotidien de ce mouvement dit des "gilets jaunes". Intimidations, menaces, coups, c'est un peu ce qu'il se passe depuis un mois dans toute la France lors de ces blocages-citoyens. Au passage, n'oubliez pas le mot "citoyen" qui donne une idée révolutionnaire à l'affaire, ça permet aussi de faire fermer sa gueule à celui qui n'est pas d'accord, c'est ce qu'on appelle la démocratie participative et citoyenne, genre on représente 5% des Français, mais on va imposer nos conneries aux 95% qui pètent de trouille chez eux !

Enfin, quand je dis 5% je suis en-deçà de la réalité. Pour être plus près de celle-ci, il vaut mieux dire qu'il y a à la base de ce mouvement dit "spontanné" les électeurs actifs de Le Pen et de Mélenchon, ceux qui sont prêts à aller jusqu'au bout, à savoir la démission de Macron histoire de nous proposer un remake de 2017 entre les populistes et... les populistes, en espérant que cette fois-ci personne ne viendra brouiller les cartes en nous privant d'un second tour Peste contre Choléra. Mais au-delà de cette échéance souhaitée par certains gilets jaunes, dites-vous bien que ces deux-là trouveront toujours un moyen de s'entendre si jamais la possibilité d'accéder au pouvoir se présentait au milieu d'un chaos qu'ils souhaitent et qu'ils fomentent.

En attendant, on peut également souligner qu'au bout d'un mois nous en sommes à sept morts et mille cinq cents blessés, ce qui relègue Mai-68 à une querelle de cour de récréation. On en concluera que la violence est désormais partout, chez les casseurs professionnels et autres zadistes certes, chez les dégénérés qui quittent la banlieue pour piller les boutiques, mais aussi chez le "bon père de famille" qui veut lui aussi sa part de violence, celle qui voit dans les séries télé, celle qui va apaiser son envie de passer pour un gros dur dans son quartier ou au rond-point le plus proche. Et en attendant encore, pendant que les sans-culottes qui confondent pauvreté avec misère se paient un brin de lien social autour de deux planches qui brûlent à la sortie de la ville, l'économie du pays souffre davantage, des gens vont perdre leur job, et qui tentera de les récupérer en leur parlant de misère ? La Peste et le Choléra !

L'essai auto de la semaine

Suzuki S-Cross

Jean-Yves Curtaud
La première version du S-Cross de Suzuki fut commercialisée en 2013. Trois ans, c’est un peu la mi-mandat pour un véhicule, rien d’étonnant donc de voir débarquer aujourd’hui un beau restyling de ce SUV qui a trouvé son rythme de croisière off-road avec quelques 9.300 ventes en France depuis son lancement ...
lire la suite

Retrouvez nos autres essais auto
Suzuki Baleno
Salon Genève 2016
Ford Ecosport
Suzuki Celerio
Audi A3 cabriolet
Hyundai i10

Politique

Un pays en colère ?

« Chacun le sait depuis Michelet, la France est une personne, mais c'est alors aujourd'hui une personne bien malheureuse. A tous ceux qui l'observent, du dedans comme du dehors, elle apparaît habitée par le doute, rongée par l'inquiétude, submergée par la déception, exaspérée par le pouvoir politique, amère vis-à-vis de la gauche, anorexique vis-à-vis de la droite, déçue par son destin, incertaine d'elle-même et de son avenir, par-dessus tout déstabilisée à force d'anxiété. » C'est ainsi qu'Alain Duhamel débutait son essai intitulé « Les peurs françaises » en 1993... lire la suite

Retrouvez nos autres articles politiques
Economie

Réforme de la fiscalité : la ficelle est grosse

Tout le monde s'est pincé ce mardi 19 novembre à la lecture du journal Les Echos qui nous apprenait que Jean-Marc Ayrault allait lancer « sa » grande réforme fiscale. S'agit-il de déminer dans l'urgence la grogne qui monte, certains n'hésitent plus à parler de révolte, et ce afin de calmer le jeu en pleine campagne des municipales, ou bien s'agit-il d'une remise à plat de notre fourbi fiscal, ce serpent de mer que tous les pouvoirs successifs ont promis de réformer ? lire la suite

Retrouvez nos autres articles économiques
Vins

Les rosés de l’été…

Pic Saint-Loup et Costières de Nîmes pour ouvrir cette escapade qui sera principalement sudiste. Mais pas que… lire la suite

En ligne
5 visiteur(s) 0 membre(s)