RECHERCHER SUR LE SITE
Les chroniques de Jean-Yves Curtaud

Machiavel surpassé ?...

29/05/2019

Du fond de son 16e siècle, Nicolas Machiavel n'aurait pas fait mieux : la rupture entre pouvoir et morale qu'il décrivait dans son ouvrage "Le Prince", ou pour résumer, on ne juge pas du caractère légitime du pouvoir sur une base morale, n'a pas pris une ride quelque cinq siècles plus tard. Vous me voyez venir, et vous avez raison : j'arrive...

On a beau dire et répéter à l'envi depuis ce dimanche d'Européennes que le Rassemblement National de Marine Le Pen est bien la première force politique en France, rien n'a changé depuis la présidentielle, la première force tout court est toujours Emmanuel Macron. Et cette force, il la puise de plus en plus dans l'éparpillement des troupes de ses adversaires qui en sont à compter leur score à un chiffre ! Comment peut-on imaginer qu'une formation comme l'UMP pouvait se positionner autour de 30% lors d'un premier tour il y a cinq ans, et il en allait quasiment de même pour le Parti Socialiste et ses alliés, et se retrouver entre 6 et 8% aujourd'hui ? Quand Fillon, avec toutes ses gamelles et ses costumes taillés sur mesure, atteignait la barre des 20% en 2017, Bellamy, avec seulement son livre de messe en main, n'arrive même pas à faire la moitié de ce score deux ans plus tard. Idem pour Mélenchon, idem pour le PS ou Hamon, ou encore les centristes "officiels" de l'UDI qui en sont à se battre pour une 8e ou 9e place avec les communistes.

Alors oui, Macron a réussi tel Houdini à faire sortir le lapin du chapeau : il a réussi à faire peur aux "vieux" en laissant ces fameux "Blacks Blocs" casser chaque samedi pendant six mois (il faudra bien un jour nous expliquer comment 300 casseurs encerclés par 6.000 policiers arrivent à mettre un tel bordel !), et il a réussi à jeter dans les bras du jeune et talentueux Bardella les moins vieux bien décidés à lui faire comprendre que "trop, c'est trop" ! Mais que le RN soit à 25 ou 30% il s'en tape, l'important c'est d'être deuxième pour l'emporter au second tour. Ce dimanche d'Européennes lui a apporté toute satisfaction et rassuré pour l'avenir. Il a fait son score de 2017, quand ses principaux adversaires l'ont réduit de moitié, voire davantage. Oui, mais il y a les Verts me direz-vous ? Oui, et alors, les Verts font un bon score à cette élection, c'est une tradition parce que le scrutin est jugé sans importance par les électeurs, et comme il sait que ces gens aiment la gamelle, il pourra compter sur leur faim de pouvoir pour les faire rentrer à la niche.

En fait, le plus grave, ce n'est pas que Macron compte se faire réélire en 2022, c'est qu'après lui il ne restera qu'une seule force capable de gouverner, et vous voyez de qui je parle. Sauf bien sûr si la droite arrête d'aller chercher ses candidats à la sortie de la messe et que la gauche accepte de mettre la lutte des classes et les portraits de Marx chez "Ma Tante". Un peu comme chez nos voisins européens par exemple...

L'essai auto de la semaine

Suzuki S-Cross

Jean-Yves Curtaud
La première version du S-Cross de Suzuki fut commercialisée en 2013. Trois ans, c’est un peu la mi-mandat pour un véhicule, rien d’étonnant donc de voir débarquer aujourd’hui un beau restyling de ce SUV qui a trouvé son rythme de croisière off-road avec quelques 9.300 ventes en France depuis son lancement ...
lire la suite

Retrouvez nos autres essais auto
Suzuki Baleno
Salon Genève 2016
Ford Ecosport
Suzuki Celerio
Audi A3 cabriolet
Hyundai i10

Politique

Un pays en colère ?

« Chacun le sait depuis Michelet, la France est une personne, mais c'est alors aujourd'hui une personne bien malheureuse. A tous ceux qui l'observent, du dedans comme du dehors, elle apparaît habitée par le doute, rongée par l'inquiétude, submergée par la déception, exaspérée par le pouvoir politique, amère vis-à-vis de la gauche, anorexique vis-à-vis de la droite, déçue par son destin, incertaine d'elle-même et de son avenir, par-dessus tout déstabilisée à force d'anxiété. » C'est ainsi qu'Alain Duhamel débutait son essai intitulé « Les peurs françaises » en 1993... lire la suite

Retrouvez nos autres articles politiques
Economie

Réforme de la fiscalité : la ficelle est grosse

Tout le monde s'est pincé ce mardi 19 novembre à la lecture du journal Les Echos qui nous apprenait que Jean-Marc Ayrault allait lancer « sa » grande réforme fiscale. S'agit-il de déminer dans l'urgence la grogne qui monte, certains n'hésitent plus à parler de révolte, et ce afin de calmer le jeu en pleine campagne des municipales, ou bien s'agit-il d'une remise à plat de notre fourbi fiscal, ce serpent de mer que tous les pouvoirs successifs ont promis de réformer ? lire la suite

Retrouvez nos autres articles économiques
Vins

Les rosés de l’été…

Pic Saint-Loup et Costières de Nîmes pour ouvrir cette escapade qui sera principalement sudiste. Mais pas que… lire la suite

En ligne
3 visiteur(s) 0 membre(s)