RECHERCHER SUR LE SITE
Les chroniques de Jean-Yves Curtaud

Les tribulations d'un virus chinois dans le monde

05/02/2021

On s'y attendait, les experts mandatés par l'OMS (organisme bientôt sous licence chinoise !) ont écarté toute possibilité d'une fuite d'un laboratoire de Wuhan à la base de cette pandémie qui a déjà fait plus de 2,2 millions de morts dans le monde. Sans doute galvanisés par la visite de l'exposition toute à la gloire des succès du parti communiste chinois, ces experts ne pouvaient pas faire moins que de dédouaner un pays qui fait tant pour la santé sur la planète. Pour la santé et pour notre bonheur de vivre désormais comme des enfouis à cause de la "bombe" qu'ils ont balancée il y a plus d'un an. Et faut-il craindre une seconde édition de la pandémie, genre vous avez aimé Covid-19, vous allez adorer Covid-20 ? C'est un peu ce que l'on peut comprendre aux allusions d'Emmanuel Macron critiquant "l'opacité" du vaccin chinois et ses risques éventuels "de faciliter le développement de nouveaux variants". Faut-il comprendre que ce "vaccin chinois" serait une sorte de Cheval de Troie de la saison 2 de "CoronaLand" ?

En fait, cette déclaration n'est pas surprenante, depuis déjà longtemps beaucoup regardent du côté du fameux laboratoire P4 de Wuhan, co-réalisé avec la France, ce qui ferait de nous des "co-responsables" de la pandémie si le patient zéro était sorti de ce site. Mais le plus inquiétant dans cette affaire, c'est bien sûr l'attitude des autorités chinoises qui n'ont de cesse de critiquer les vaccins occidentaux, un peu comme si cela dérangeait quelque part un plan bien huilé. Depuis le début (et depuis longtemps aussi !) nous avons oublié que nous avons en face de nous un interlocuteur communiste et prêt à tout pour parvenir à ses fins, en l'occurrence dominer l'économie mondiale, et pourquoi pas dominer la Planète tout simplement. Il n'est pas risqué aujourd'hui de penser que la Chine ne craint pas de déclencher une vraie guerre, une guerre dont la première victime désignée serait évidemment Taïwan. Et qui bougera ce jour-là, personne. L'annonce récente du Xi-Jinping se félicitant de posséder des ogives nucléaires désormais capables de frapper directement les côtes américaines, devrait nous réveiller un tantinet.

Juste avant la pandémie, le monde était de tout coeur avec les opposants pro-démocratie de Hong-Kong. Qu'en est-il aujourd'hui ? Le monde est occupé ailleurs, et à cause de qui ? Dans le même temps, le régime communiste de Pékin serre davantage la muselière en interdisant à ses citoyens de parler politique et économie sur les réseaux sociaux, tout en nous proposant son nouveau test anti-covid anal, histoire sans doute de nous la mettre un peu plus profond !

L'essai auto de la semaine

Suzuki S-Cross

Jean-Yves Curtaud
La première version du S-Cross de Suzuki fut commercialisée en 2013. Trois ans, c’est un peu la mi-mandat pour un véhicule, rien d’étonnant donc de voir débarquer aujourd’hui un beau restyling de ce SUV qui a trouvé son rythme de croisière off-road avec quelques 9.300 ventes en France depuis son lancement ...
lire la suite

Retrouvez nos autres essais auto
Suzuki Baleno
Salon Genève 2016
Ford Ecosport
Suzuki Celerio
Audi A3 cabriolet
Hyundai i10

Politique

Un pays en colère ?

« Chacun le sait depuis Michelet, la France est une personne, mais c'est alors aujourd'hui une personne bien malheureuse. A tous ceux qui l'observent, du dedans comme du dehors, elle apparaît habitée par le doute, rongée par l'inquiétude, submergée par la déception, exaspérée par le pouvoir politique, amère vis-à-vis de la gauche, anorexique vis-à-vis de la droite, déçue par son destin, incertaine d'elle-même et de son avenir, par-dessus tout déstabilisée à force d'anxiété. » C'est ainsi qu'Alain Duhamel débutait son essai intitulé « Les peurs françaises » en 1993... lire la suite

Retrouvez nos autres articles politiques
Economie

Réforme de la fiscalité : la ficelle est grosse

Tout le monde s'est pincé ce mardi 19 novembre à la lecture du journal Les Echos qui nous apprenait que Jean-Marc Ayrault allait lancer « sa » grande réforme fiscale. S'agit-il de déminer dans l'urgence la grogne qui monte, certains n'hésitent plus à parler de révolte, et ce afin de calmer le jeu en pleine campagne des municipales, ou bien s'agit-il d'une remise à plat de notre fourbi fiscal, ce serpent de mer que tous les pouvoirs successifs ont promis de réformer ? lire la suite

Retrouvez nos autres articles économiques
Vins

Les rosés de l’été…

Pic Saint-Loup et Costières de Nîmes pour ouvrir cette escapade qui sera principalement sudiste. Mais pas que… lire la suite

En ligne
3 visiteur(s) 0 membre(s)