RECHERCHER SUR LE SITE
Les chroniques de Jean-Yves Curtaud

Macron et l'infini...

23/02/2017

Macron, Macron, Macron, Macron, Macron, Macron, Macron, Macron, Macron, Macron... c'est énervant ? Je sais, mais c'est comme ça de média en média, il faut manger Macron, boire Macron, dormir Macron, aller le dimanche au bois avec Macron, et même faire cuire deux minutes de trop les pâtes à cause de Macron, parce que vous ne pensiez qu'à lui ! Sans rire, on commence à avoir l'overdose du shoot Macron. Tenez, hier, lorsque le monde a définitivement basculé sur le coup des 16h30 avec l'arrivée devant le micro de François Bayrou qui, après avoir dit il y a quelques semaines tout le mal qu'il pensait de l'homme-au-costume-bleu-qui-change-d'avis-chaque-jour, nous prévient qu'il ira lui aussi "en marche" avec lui. Et d'un coup, les 5% qui correspondent au vote Bayrou, et qui étaient déjà à 90% sur le score attribué à Macron depuis des mois, vont se retrouver une seconde fois sur sa cote. Les médias les compteront deux fois, pas de problème c'est pour la bonne cause ! "La bonne cause", c'est sans doute ce qui pousse BFMTV - comme le soulignait hier Marianne - à mettre Macron en avant en permanence. D'ailleurs, l'hebdomadaire le soulignait, "on parle de Marcron à BFMTV autant que de Fillon, Hamon, Mélenchon et Le Pen réunis". Et depuis le soutien de Bayrou, et surtout depuis que Fillon est repassé devant Macron dans les sondages, on nous explique (et François Bayrou avec) qu'Emmanuel Macron est le seul à pouvoir battre Marine Le Pen au second tour. Voilà une FABULEUSE ESCROQUERIE ! Car tout le monde sait que si Fillon est absent du second tour, la moitié de ses voix risque de se reporter sur Marine Le Pen. Donc il est évident que le mieux placé pour la battre reste François Fillon, et de loin. Quant aux propos étranges que l'homme-en-costume-bleu tient, ils ont tendance à être vite oubliés par ces mêmes médias. La France qui a commis "des crimes contre l'humanité" au temps des colonies ou "l'art français, je ne l'ai jamais vu", cela ne semble indigner personne. Et maintenant, on nous dit que Fillon serait le candidat de la finance. Elle est excellente celle-là. Et Macron c'est qui ? Le candidat du prolétariat, des "petites gens" comme on disait autrefois ? A votre avis, pourquoi est-il si souvent à Londres et à la City ? Avotre avis, quel programme appliquera-t-il sans majorité à l'Assemblée s'il est élu ? Car ne nous berçons pas d'illusions, il aurait contre lui et la gauche et la droite, hormis quelques élus qui iront à la soupe, car la soupe est bonne, même si elle est vite froide ! En attendant, reprenons le succès du moment : Macron, Macron, Macron, Macron, Macron, Macron... et soutenons ce candidat capable de compter deux fois de suite jusqu'à l'infini !...

L'essai auto de la semaine

Suzuki S-Cross

Jean-Yves Curtaud
La première version du S-Cross de Suzuki fut commercialisée en 2013. Trois ans, c’est un peu la mi-mandat pour un véhicule, rien d’étonnant donc de voir débarquer aujourd’hui un beau restyling de ce SUV qui a trouvé son rythme de croisière off-road avec quelques 9.300 ventes en France depuis son lancement ...
lire la suite

Retrouvez nos autres essais auto
Suzuki Baleno
Salon Genève 2016
Ford Ecosport
Suzuki Celerio
Audi A3 cabriolet
Hyundai i10

Politique

Un pays en colère ?

« Chacun le sait depuis Michelet, la France est une personne, mais c'est alors aujourd'hui une personne bien malheureuse. A tous ceux qui l'observent, du dedans comme du dehors, elle apparaît habitée par le doute, rongée par l'inquiétude, submergée par la déception, exaspérée par le pouvoir politique, amère vis-à-vis de la gauche, anorexique vis-à-vis de la droite, déçue par son destin, incertaine d'elle-même et de son avenir, par-dessus tout déstabilisée à force d'anxiété. » C'est ainsi qu'Alain Duhamel débutait son essai intitulé « Les peurs françaises » en 1993... lire la suite

Retrouvez nos autres articles politiques
Economie

Réforme de la fiscalité : la ficelle est grosse

Tout le monde s'est pincé ce mardi 19 novembre à la lecture du journal Les Echos qui nous apprenait que Jean-Marc Ayrault allait lancer « sa » grande réforme fiscale. S'agit-il de déminer dans l'urgence la grogne qui monte, certains n'hésitent plus à parler de révolte, et ce afin de calmer le jeu en pleine campagne des municipales, ou bien s'agit-il d'une remise à plat de notre fourbi fiscal, ce serpent de mer que tous les pouvoirs successifs ont promis de réformer ? lire la suite

Retrouvez nos autres articles économiques
Vins

Les rosés de l’été…

Pic Saint-Loup et Costières de Nîmes pour ouvrir cette escapade qui sera principalement sudiste. Mais pas que… lire la suite

En ligne
6 visiteur(s) 0 membre(s)