RECHERCHER SUR LE SITE
Les chroniques de Jean-Yves Curtaud

La revanche des scientifiques à deux balles...

14/07/2020

On ne les voyait plus à la télé, on ne les entendait plus à la radio, tous ces scientifiques à deux balles qui n'ont jamais soigné personne de leur vie vont pouvoir réinvestir les médias pour diffuser leur message de terreur, ils ont obtenu gain de cause : le port du masque obligatoire dans les lieux publics, une mesure justifiée, parait-il, par une reprise légère des cas de personnes infectées, alors que depuis deux mois tous les chiffres sont à la baisse dans les hôpitaux, y compris le nombre de décès. Mais au fait, c'est qui ces "nouveaux infectés" ? Viendraient-ils d'Algérie à bord de l'un des 32 vols quotidiens (!) en provenance de ce pays qui, apparemment, nous refile ses malades ? 32 vols quotidiens, ce sont des milliers de personnes qui débarquent sans aucun contrôle sanitaire dans les grandes villes françaises. Mais qui va dénoncer "cet attentat sanitaire" perpétré avec l'accord des autorités françaises ? Personne. La République sait faire la part des choses quand ça l'arrange, cette fois-ci sans doute pour la paix des banlieues durant l'été, où par ailleurs, les émeutes et incendies criminels sont en pleine expansion. 

En s'habituant à l'inhabituel, le peuple finit par accepter l'inacceptable. On va le constater très vite, les Français ne vont pas moufter et enfiler le masque pour acheter leur pain ou leur journal, et ce jusqu'en 2040 si on leur dit de le faire, comme de braves "collabos" d'un pouvoir qui n'est plus un pouvoir mais une agence de privation de libertés. Chaque jour, c'est le verbe "interdire" que l'Etat conjugue, interdit d'aller à tel endroit, de rouler à telle vitesse, de manger ceci, de fumer cela, de penser ainsi ou autrement que le politiquement correct de rigueur, interdit de ne pas croire aux âneries de certains écolos, interdit de ne pas aimer le rap, et désormais interdit de sortir sans ce morceau de tissu  ! Evidemment, ce même Etat et son autorité à géométrie variable n'iront pas vérifier dans les banlieues si le port du masque est respecté, il y a trop de coups à prendre, c'est moins risqué de flasher un automobiliste à 140 sur l'autoroute, ou de verbaliser un quidam sans masque dans une boutique du centre ville.

On l'a compris également, il y a une intention derrière tout ça : Macron va vous sauver la vie, et donc vous en reprendrez bien pour cinq ans en 2022. D'autant que dans le même temps on aura tout fait pour que son adversaire d'alors s'appelle Marine Le Pen. Et qu'importe si l'économie de la France ressemble à celle du Burundi ou de la Moldavie, qu'importe si tout ce que nous achèterons viendra de Chine, là où on fabrique du Covid pour punir l'Occident, l'essentiel apparemment est de restreindre notre capacité de choix afin de nous faire vivre comme le catoblépas de Pline l'Ancien. C'est malheureux d'en arriver à un tel constant, mais entre nous, comme l'aurait dit Edmond Rostand, "je me sens optimiste quant à l'avenir du pessimisme"...

L'essai auto de la semaine

Suzuki S-Cross

Jean-Yves Curtaud
La première version du S-Cross de Suzuki fut commercialisée en 2013. Trois ans, c’est un peu la mi-mandat pour un véhicule, rien d’étonnant donc de voir débarquer aujourd’hui un beau restyling de ce SUV qui a trouvé son rythme de croisière off-road avec quelques 9.300 ventes en France depuis son lancement ...
lire la suite

Retrouvez nos autres essais auto
Suzuki Baleno
Salon Genève 2016
Ford Ecosport
Suzuki Celerio
Audi A3 cabriolet
Hyundai i10

Politique

Un pays en colère ?

« Chacun le sait depuis Michelet, la France est une personne, mais c'est alors aujourd'hui une personne bien malheureuse. A tous ceux qui l'observent, du dedans comme du dehors, elle apparaît habitée par le doute, rongée par l'inquiétude, submergée par la déception, exaspérée par le pouvoir politique, amère vis-à-vis de la gauche, anorexique vis-à-vis de la droite, déçue par son destin, incertaine d'elle-même et de son avenir, par-dessus tout déstabilisée à force d'anxiété. » C'est ainsi qu'Alain Duhamel débutait son essai intitulé « Les peurs françaises » en 1993... lire la suite

Retrouvez nos autres articles politiques
Economie

Réforme de la fiscalité : la ficelle est grosse

Tout le monde s'est pincé ce mardi 19 novembre à la lecture du journal Les Echos qui nous apprenait que Jean-Marc Ayrault allait lancer « sa » grande réforme fiscale. S'agit-il de déminer dans l'urgence la grogne qui monte, certains n'hésitent plus à parler de révolte, et ce afin de calmer le jeu en pleine campagne des municipales, ou bien s'agit-il d'une remise à plat de notre fourbi fiscal, ce serpent de mer que tous les pouvoirs successifs ont promis de réformer ? lire la suite

Retrouvez nos autres articles économiques
Vins

Les rosés de l’été…

Pic Saint-Loup et Costières de Nîmes pour ouvrir cette escapade qui sera principalement sudiste. Mais pas que… lire la suite

En ligne
2 visiteur(s) 0 membre(s)